Après le Ceta avec le Canada, l'Union européenne cherche à signer un accord de libre-échange de dernière génération avec le Japon. Il s'agit du Jefta (Japan Europe Free Trade Agreement). Au début du mois et à la surprise générale, la C...

Après le Ceta avec le Canada, l'Union européenne cherche à signer un accord de libre-échange de dernière génération avec le Japon. Il s'agit du Jefta (Japan Europe Free Trade Agreement). Au début du mois et à la surprise générale, la Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, et le ministre nippon des Affaires étrangères, Fumio Kishida, ont annoncé avoir trouvé un accord de principe. Les deux parties se sont dépêchées de l'annoncer même si plusieurs points restent à négocier. But : narguer le président américain protectionniste Donald Trump en visite pour le G20 de Hambourg. Au menu de ce Jefta encore confidentiel, on devrait trouver : une suppression de 99 % des derniers tarifs douaniers, un accès aux marchés publics, ou encore une harmonisation en matière de normes de produits. La polémique question des tribunaux privés pour régler les litiges entreprises-Etats devrait encore être réglée. En très résumé, l'Europe va pouvoir exporter plus facilement ses produits alimentaires, et le Japon, ses voitures. L'Union exporte pour 58 milliards d'euros de biens vers le Japon et pour 35 milliards de biens vers le Canada. Par Jean-Christophe de Wasseige