Il y a quelques semaines Geert Noels, le fondateur d'Econopolis, estimait que la Flandre devrait racheter l'aéroport national. Cette prophétie deviendra-t-elle en partie réalité ? Après 14 ans de présence, Macquarie, le groupe financier australien, souhai...

Il y a quelques semaines Geert Noels, le fondateur d'Econopolis, estimait que la Flandre devrait racheter l'aéroport national. Cette prophétie deviendra-t-elle en partie réalité ? Après 14 ans de présence, Macquarie, le groupe financier australien, souhaite, en effet, pour des raisons de technique financière, se séparer de sa participation de 36 % dans Brussels Airport. Selon les chiffres des experts, notre aéroport vaudrait 4,4 milliards d'euros. Ce qui place la participation australienne à 1,5 milliard. Pas mal quand on sait que le groupe n'avait déboursé que 735 millions en 2004 pour 70 % des actions. Aujourd'hui, Brussels Airport compte, outre Macquarie, deux autres actionnaires : l'Etat belge pour 25 % (plus une action) et OTPP, un fonds de pension d'enseignants de l'Ontario (Canada), 39 %. OTPP bénéficie d'un droit de préemption sur la participation australienne. Ce qui a causé des frictions entre les deux partenaires car Macquarie, pour valoriser au mieux ses actions, aurait discuté avec des partenaires potentiels. Ce conflit est aujourd'hui aplani. Si les négociations entre les deux devaient échouer, de nombreux candidats, dont un belge, sont sur les rangs. Il faut dire qu'en cinq ans, les actionnaires ont reçu près de 350 millions de dividendes.