Jeudi dernier, le cours de Bourse de Meta (le nouveau nom de Facebook) a fait une dégringolade inédite. En une journée, il a perdu 25% de sa valeur en passant de 323 à 237 dollars. D'un seul coup, la valorisation du groupe a baissé de 230 milliards de dollars pour s'établir à 661 milliards. A l'heure d'écrire ces lignes, le cours n'avait toujours pas ...

Jeudi dernier, le cours de Bourse de Meta (le nouveau nom de Facebook) a fait une dégringolade inédite. En une journée, il a perdu 25% de sa valeur en passant de 323 à 237 dollars. D'un seul coup, la valorisation du groupe a baissé de 230 milliards de dollars pour s'établir à 661 milliards. A l'heure d'écrire ces lignes, le cours n'avait toujours pas repris des couleurs. Cela tranche avec la bonne santé de ses "copains des Gafam" puisque dans la même semaine, Google et Amazon ont annoncé des résultats remarquables. Les profits du premier ont augmenté d'un tiers et il a d'ailleurs annoncé un 20-to-1 split de ses actions pour se rendre encore plus désirable, une stratégie déployée auparavant par Tesla et Apple. En d'autres termes, une action Google (2.753 dollars actuellement) sera transformée en 20 actions de 138 dollars. Quant à Amazon, il a annoncé un doublement de son bénéfice (de 7,2 à 14,3 milliards) au quatrième trimestre. Les résultats de Meta sont-ils plus mauvais que ceux-là? Justement non. Le groupe a annoncé un chiffre d'affaires 2021 de 115 milliards de dollars (Facebook, Instagram, WhatsApp et les casques Oculus), soit une hausse de 38%. Seulement voilà, le bénéfice est en solide recul (10%) au quatrième trimestre, Facebook a perdu un million d'abonnés sur la même période et les mesures anti-ciblage publicitaire instaurées sur les iPhone commencent à faire mal au portefeuille de Meta. Son modèle vacille car contrairement à Amazon (marché numérique et services cloud), Apple (produits inimitables), Microsoft (logiciels, cloud et jeux vidéo) et Google (moteur de recherche), le produit Meta ne repose que sur les réseaux sociaux et est facilement imitable. Et comme le groupe n'est plus libre de simplement racheter un concurrent...