Sandro D'Antonio semble avoir déjà eu mille vies. Côté culinaire, il fut le chef de Paul Magnette du temps où il occupait des fonctions ministérielles. Il enchaîna avec un passage de 18 mois au iCook de Jean-Philippe Watteyne avant de cocréer Osmose en 2015. Une minuscule adresse de 12 couverts qui n'a jamais désempli. Seulement voilà, à six ans, le petit Sandro rêvait d'avoir son resto à lui. Un lieu convivial qui donne du plaisir aux clients. Ce lieu rêvé, le chef pense l'avoir trouvé rue de Nimy à M...

Sandro D'Antonio semble avoir déjà eu mille vies. Côté culinaire, il fut le chef de Paul Magnette du temps où il occupait des fonctions ministérielles. Il enchaîna avec un passage de 18 mois au iCook de Jean-Philippe Watteyne avant de cocréer Osmose en 2015. Une minuscule adresse de 12 couverts qui n'a jamais désempli. Seulement voilà, à six ans, le petit Sandro rêvait d'avoir son resto à lui. Un lieu convivial qui donne du plaisir aux clients. Ce lieu rêvé, le chef pense l'avoir trouvé rue de Nimy à Mons, à deux pas de la Grand-Place. Il décide alors de complètement métamorphoser l'ancien Café Enigma. Osmose, deuxième époque, s'ouvre sur un sas qui rappelle l'entrée des vieux ateliers d'artisans. Dans la salle, priorité aux matières brutes : pierre, acier, bois, céramique façon marbre. Depuis le 23 août et malgré quelques maladies de jeunesse dans la cuisine ouverte en surplomb, Sandro D'Antonio donne la pleine mesure de son talent et travaille de beaux produits. Tout est fait minute et parfaitement dans l'esprit slow food. D'ailleurs, si vous êtes pris par le temps, dites-le au chef à votre arrivée. Sinon, prenez le loisir d'apprécier les belles associations proposées par Sandro comme ce dos de bar, écume anisée et confit de fenouil en mise en bouche ou, en entrée, l'étonnant ris de veau (17 euros) servi poêlé avec des carottes, du carvi (une épice anisée qui rappelle le fenouil) et une épatante gelée mentholée qui donne du peps à la préparation. Mention très bien pour le filet de faisan à la brabançonne (28 euros) en préparation moderne et déconstruite avec des choux de Bruxelles et des cèpes. Mon compagnon de table a eu droit, lui, à un onglet à l'échalote parfaitement fondant (29 euros) et servi avec des déclinaisons autour de l'oignon. Le menu trois services est à 40 euros et le lunch démarre à 28 euros (plat et dessert). Si des forfaits vins adaptés sont proposés, l'amateur ira jeter un oeil sur la carte des vins qui regorge de pépites à prix doux : le Mas Bruguière en Pic Saint-Loup, le Domaine de Montcalmes en Terrasses du Larzac ou encore le Domaine de l'Oratoire Saint-Martin à Cairanne. Dans son nouvel écrin, Osmose coche toutes les bonnes cases. De quoi passer un chouette moment à table. Et c'était précisément le dessein rêvé.