Il aura fallu cinq années d'enquête à la Commission européenne pour finalement imposer une amende de 1 milliard d'euros à cinq banques accusées d'avoir constitué un cartel pour manipuler le marché des changes. Entre 2007 et 2013, deux groupes de traders londoniens, le premier réunissant des employés de Barclays, Royal Bank of Scotland (RBS), JP Morgan et Citigroup, le second regroupant des courtiers de Barclays, RBS et MUFG Bank, se sont en effet entendus pour influencer le marché. Ils échangeaient des informations sensibles dans des forums de discussions, ce qui, explique la Commission, " leur permettait de prendre des décisions sur le marché en connaissance de cause quant à l'opportunité de vendre ou d'acheter les devises qu'ils détenaient dans leurs portefeuilles et au moment auquel procéder à de telles opérations ". La plupart des traders actifs dans ces discussions se connaissaient personnellement. L'un des forums a été baptisé Essex Express 'n the Jimmy parce que tous les traders, à l'exception de " Jimmy ", vivaient dans l'Essex et se rencontraient dans un train à destination de Londres. Le comportement de ces banques " a menacé l'intégrité du secteur au détriment de l'économie et des consommateurs européens ", a condamné la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager. La Commission a donc imposé aux cinq banques concernées une amende conséquente. La banque suisse UBS, qui était également impliquée, a pu y échapper (elle était menacée d'une sanction de 285 millions d'euros) parce que c'est elle qui a révélé l'affaire aux autorités européennes.