Cela fait 52 ans qu'à La Belle maraîchère, la famille Devreker perpétue la tradition de cuisiner le poisson place Sainte-Catherine à Bruxelles. Avec ses voisins François et Bord de mer, l'institution, installée dans une belle bâtisse de 1759 et où Catherine Deneuve a ses habitudes, fait d'ailleurs figure de résistante sur une place désormais surtout occupée par des chaînes de burgers et autres ramens...
...

Cela fait 52 ans qu'à La Belle maraîchère, la famille Devreker perpétue la tradition de cuisiner le poisson place Sainte-Catherine à Bruxelles. Avec ses voisins François et Bord de mer, l'institution, installée dans une belle bâtisse de 1759 et où Catherine Deneuve a ses habitudes, fait d'ailleurs figure de résistante sur une place désormais surtout occupée par des chaînes de burgers et autres ramens... La déco semble n'avoir jamais changé avec ses boiseries, ses petites tables aux nappes en tissu, ses serveurs à la chemise blanche vissée par un noeud papillon et ses photos et tableaux aux murs rappelant un temps où Bruxelles brusselait encore... La carte est en parfait accord avec cette atmosphère intemporelle, avec cette clientèle de vieux habitués et de touristes de passage. Impossible, ici, de passer à côté des croquettes aux crevettes (20 euros), grand classique de la maison parfaitement réalisé. Elles sont généreuses en crustacés, coulantes comme il faut et légèrement bisquées. Début avril, on dégustait évidemment les premières asperges à la flamande (22 euros). Elles sont un poil trop cuites mais goûtues et la sauce aux oeufs, avec une pointe de muscade comme il se doit, est très savoureuse. Rien à redire non plus au waterzooi à la zeebrugeoise (88 euros pour deux). Bien cuits, sole, cabillaud, aiglefin, saumon et moules sont servis avec quelques légumes dans une sauce crémeuse à souhait. Classiquement bonnes également, les glaces à la mandarine et au chocolat (12 euros). Certes, c'est un peu cher - on note néanmoins la présence d'un menu du marché à 49 euros et d'un gastronomique à 75 euros - mais voici une cuisine belge classique bien faite, savoureuse et sans fioriture. Et le service ne pousse pas à la consommation, aiguillant le client vers la sélection de vins du moment plutôt que vers la carte (évidemment classique elle aussi). On y trouve un très agréable mâcon La Roche-vineuse du Domaine Sangouard-Guyot (38 euros), un chardonnay alliant rondeur et fraîcheur, qui se marie joliment à ces assiettes de la mer. Une adresse presque rafraîchissante par son classicisme revendiqué. Sans surprise, mais diablement réconfortant...