Les grands rassemblements culinaires qui mettent en avant le savoir-faire de nos chefs ont toujours attiré le public. Comme Culinaria à Bruxelles, le W Food Festival à Namur ou Collinaria dans le beau parc naturel des Collines. Le premier n'existe plus, le deuxième n'a connu qu'une seule édition à Namur. Quant au troisième, sympathique et convivial, il n'a pas une véritable aura wallonne. Alors que la Flandre, hors pandémie, déroule quelques chouettes rendez-vous pour les fins becs comme Gent Smaakt ou Antwerpen Proeft, la Wallonie demeurait un peu sur sa faim. Cela va changer. Avec le soutien de la Région wallonne, de la province du Hainaut, de la ville de Mons, l'ASBL Mangeons Wallon et le Guide Michelin unissent leurs forces pour mettre sur pied un grand événement culinaire appelé "Festifood Mons 2021 by le Guide Michelin". Sauf catastrophe sanitaire, il se déroulera du 10 au 12 septembre dans trois endroits mitoyens: les anciens abattoirs, la cour du Carré des Arts et la place de la Grande Pêcherie.
...

Les grands rassemblements culinaires qui mettent en avant le savoir-faire de nos chefs ont toujours attiré le public. Comme Culinaria à Bruxelles, le W Food Festival à Namur ou Collinaria dans le beau parc naturel des Collines. Le premier n'existe plus, le deuxième n'a connu qu'une seule édition à Namur. Quant au troisième, sympathique et convivial, il n'a pas une véritable aura wallonne. Alors que la Flandre, hors pandémie, déroule quelques chouettes rendez-vous pour les fins becs comme Gent Smaakt ou Antwerpen Proeft, la Wallonie demeurait un peu sur sa faim. Cela va changer. Avec le soutien de la Région wallonne, de la province du Hainaut, de la ville de Mons, l'ASBL Mangeons Wallon et le Guide Michelin unissent leurs forces pour mettre sur pied un grand événement culinaire appelé "Festifood Mons 2021 by le Guide Michelin". Sauf catastrophe sanitaire, il se déroulera du 10 au 12 septembre dans trois endroits mitoyens: les anciens abattoirs, la cour du Carré des Arts et la place de la Grande Pêcherie. L'idée de cette manifestation émane de Jean-Noël Delaunois, le directeur commercial Benelux et Suisse de Michelin Food & Travel. "J'en ai parlé à Elio Di Rupo à l'occasion de la remise des étoiles Michelin à Gand en 2019. C'est Eric Fernez, le bi-étoilé D'Eugénie à Emilie à Baudour, qui préparait le repas pour les 600 invités. Elio m'y a fait rencontrer Tommy Leclercq, le gouverneur de la province du Hainaut. Et à partir de là, tout s'est enchaîné très vite, notamment avec la Ville de Mons et son bourgmestre Nicolas Martin, et auprès du gouvernement wallon et de Valérie De Bue ( ministre du Tourisme et du Patrimoine, Ndlr). L'événement était pour Mons. Le Guide Michelin, aussi, a accepté, offrant toutes ses compétences pour structurer le projet." Si le guide apporte son savoir-faire et ses sponsors, l'événement est porté par une ASBL indépendante de Michelin, créée pour l'occasion et appelée Mangeons Wallon. Jean-Noël Delaunois en est le président. Cette structure entend travailler sur trois aspects: mettre en avant les chefs wallons, pousser les artisans locaux et porter un projet éducatif avec les écoles. "Cet aspect éducatif est important, souligne Jean-Noël Delaunois. Au moment de l'événement, les étudiants des écoles hôtelières viendront travailler avec les chefs ou s'occuperont des services. C'est une véritable mise en contact avec des grands pros du secteur. Dans le même ordre d'idées, des élèves d'écoles de gardiennage, d'hôtesses et d'horticulture s'occuperont de la sécurité, de l'accueil et de la décoration. Mais le projet veut aller bien au-delà de Festifood. L'idée est de mener avec des artisans une véritable mission éducative dans les écoles maternelles et primaires sur le bien manger et la richesse des produits locaux." Pour sa première édition, Festifood a fait appel à des chefs hainuyers, tous présents dans le guide Michelin évidemment. Impossible de les citer tous mais on y retrouve Eric Fernez, Jean-Baptiste Thomaes (Château du Mylord **), Stéphanie Thunus (Gré du Vent *), Vincent Gardinal (Prieuré St-Géry *), Benoît Neusy (L'Impératif *), Stéphane Chermanne (Chermanne), Fabrizzio Chirico (La Table de la Manufacture Urbaine) ou François Dumont (La Petite Gayolle). Ainsi que l'équipe derrière Le Pilori, détentrice d'une étoile à Ecaussinnes. "Nous n'avions jusqu'ici pas l'habitude de sortir de nos murs, explique Marc Leveau, le copropriétaire. Alors que tant des organisateurs que le public nous le demandaient. Mais ici, le projet est beau. Et comme cela tombe sur un de nos week-ends de fermeture, tout s'est bien enchaîné. Michel Van Cauwelaer, mon associé, proposera un plat. Mais c'est toute l'équipe qui sera là." A ce jour, 18 chefs ont déjà répondu présent. Il en manque donc encore deux. S'ils sont tous hainuyers cette année, l'idée est toutefois d'élargir l'assise wallonne pour les éditions suivantes. Festifood proposera un plat par chef, au prix de 10 euros pièce. Chaque plat, qui restera le même pendant trois jours, sera validé par un inspecteur du guide Michelin. Quant aux desserts, si tout ne peut pas encore être dévoilé, on sait déjà que ce sera une surprise gourmande en provenance du groupe RTL, en faveur du Télévie. "L'un dans l'autre, l'idée est de proposer un repas qui ne dépasse pas les 39 euros du Bib Gourmand, confie Jean-Noël Delaunois. Des packs famille seront proposés ainsi que des packs VIP qui donneront accès aux deux carrés VIP. L'accueil y sera différent avec, notamment, un service à table. Ailleurs, le principe est d'acheter les plats aux stands des chefs et de les déguster sur les tables prévues à cet effet. Je voudrais aussi insister sur le fait que l'ensemble des clubs d'affaires de la région se sont unis pour aider à la production de l'événement, notamment pour le ticketing." Initialement imaginé en juin, Festifood se déroulera en septembre, juste avant les Fêtes de Wallonie. Avec l'envie, forte, d'en faire un événement récurrent. Mons est déjà prévu pour trois ans. Objectif de cette première édition: 6.000 personnes par service, soit 36.000 visiteurs au total.