Notre portefeuille est en perte de vitesse ces dernières semaines. Par rapport aux indices boursiers, sa prestation est même plutôt faible. Sa composition n'est pas étroitement liée aux indices, ce qui explique que son évolution puisse varier sensiblement par rapport à celle du marché. Nous avons opté pour des thèmes dont nous espérons et anticipons qu'ils contribueront à surperformer la moyenne dans les prochaines années, mais cela ne peut évidemment pas être le cas chaque semaine ou mois. Ce n'est pas la première fois qu'avant une réunion de la Banque centrale américaine (Fed), le pétrole et les métaux précieux traversent une période plus difficile. Nous pensons que la Fed optera pour un relèvement de taux. Jusqu'ici, les prix de l'or et de l'argent avaient repris leur chemin haussier après pareille réunion. Nous supp...

Notre portefeuille est en perte de vitesse ces dernières semaines. Par rapport aux indices boursiers, sa prestation est même plutôt faible. Sa composition n'est pas étroitement liée aux indices, ce qui explique que son évolution puisse varier sensiblement par rapport à celle du marché. Nous avons opté pour des thèmes dont nous espérons et anticipons qu'ils contribueront à surperformer la moyenne dans les prochaines années, mais cela ne peut évidemment pas être le cas chaque semaine ou mois. Ce n'est pas la première fois qu'avant une réunion de la Banque centrale américaine (Fed), le pétrole et les métaux précieux traversent une période plus difficile. Nous pensons que la Fed optera pour un relèvement de taux. Jusqu'ici, les prix de l'or et de l'argent avaient repris leur chemin haussier après pareille réunion. Nous supposons que cela sera à nouveau le cas. Nous avons été désagréablement surpris par le rapport annuel du spécialiste liégeois de la santé féminine. En particulier par l'annonce du nouveau report du protocole de l'étude de phase II en cours avec Donesta - un deuxième candidat médicament à base d'Estétrol, contre les effets secondaires de la ménopause -, et les résultats sont attendus à présent au 1er trimestre 2018. Ce report doit permettre à Mithra de constituer un dossier solide pour les études de phase III et d'accroître ses chances de partenariat. Compte tenu de sa consommation rapide de liquidités, Mithra a décidé de trouver des partenaires dans les régions clés (Europe et États-Unis) pour le développement de la phase III avec Donesta, et a annoncé une lettre d'intention avec FujiPharma pour l'extension de l'accord de licence actuel, qui inclurait Donesta. La trésorerie a fondu en 2016 de 51,1 à 45,7 millions, dont 20,2 millions au second semestre. Malgré une augmentation des parts de marché en Belgique (+0,97 %, à 45,84 %), le chiffre d'affaires (CA) sur la vente de contraceptifs oraux génériques a reculé de 1,8 million d'euros, à 17 millions. Le CA du groupe a cependant augmenté de 10 %, à 22,5 millions d'euros, grâce à 5,5 millions de CA sur l'accord de licence avec Fuji Pharma sur la commercialisation d'Estelle (un possible contraceptif oral à base d'Estétrol) au Japon et dans dix pays d'Asie du Sud-est. Les frais de développement ont sensiblement augmenté, de 9,5 millions d'euros à 34,3 millions. Avec Estelle, deux études de phase III sont en cours en Europe et en Amérique du Nord (au total, sur plus de 3500 patients). Le recrutement du volet européen de patients est terminé ; les résultats seront connus à partir du troisième trimestre 2018. Et les résultats de l'étude américaine suivront début 2019. Un autre élément déçoit : la déclaration d'intention annoncée en novembre 2016 pour la conclusion d'un accord de licence pour l'Estétrol avec le plus grand spécialiste de la santé féminine de Chine n'a pas encore débouché sur un contrat (pourtant prévu pour fin février). Cependant, en ce qui concerne le développement de variantes génériques complexes de médicaments à base d'hormones, les nouvelles sont bonnes. Le substitut d'hormone Tibelia a obtenu fin 2016 une approbation dans 14 pays européens, et 8 accords de distribution ont déjà été conclus. Pour l'anneau vaginal contraceptif générique Myring, la demande d'approbation a été déposée en Europe et aux États-Unis au deuxième trimestre, et un accord de licence exclusif a été signé pour les États-Unis avec Mayne Pharma (paiement d'étape de 2,4 millions d'euros). L'intérêt du marché pour le potentiel de l'Estétrol ne fait aucun doute, et nous nous attendons à la conclusion de nouveaux accords cette année. Mais compte tenu de l'importante consommation de liquidités de Mithra en 2017, la probabilité est sensiblement plus grande désormais qu'elle ait besoin d'un financement complémentaire pour tenir jusque fin 2018. La valorisation nettement plus tendue de ses pairs américains pourrait inciter l'entreprise belge à envisager une cotation outre-Atlantique. Digne d'achat (1C). Paru sur initiedelabourse.be le 14 marsLA TRÉSORERIE DE MITHRA PHARMACEUTICALS A FONDU EN 2016, DE 51,1 MILLIONS D'EUROS À 45,7 MILLIONS D'EUROS.