Depuis le 15 octobre, la faune huppée de la place Brugmann, à Ixelles, n'a plus besoin de se rendre au Sablon pour déguster le mythique filet américain de la famille Niels. Déjà propriétaires du Vieux Saint-Martin (mais aussi du Grand Forestier à Watermael-Boitsfort), Albert-Jean Niels et son fils Frédéric ont en effet repris l'ancien Plasch Brugmann (ouvert par Didier Plasch en 2010), qu'ils ont renommé Au Savoy, en référence à l'histoire de Joseph Niels.
...

Depuis le 15 octobre, la faune huppée de la place Brugmann, à Ixelles, n'a plus besoin de se rendre au Sablon pour déguster le mythique filet américain de la famille Niels. Déjà propriétaires du Vieux Saint-Martin (mais aussi du Grand Forestier à Watermael-Boitsfort), Albert-Jean Niels et son fils Frédéric ont en effet repris l'ancien Plasch Brugmann (ouvert par Didier Plasch en 2010), qu'ils ont renommé Au Savoy, en référence à l'histoire de Joseph Niels. Né en 1890 dans une famille d'agriculteurs du Pajottenland, celui-ci s'est en effet formé à la cuisine, dès 1908, au mythique hôtel Savoy de Londres, avant de rentrer à Bruxelles en 1915 pour diriger La Taverne royale, dans les Galeries royales Saint-Hubert. C'est là qu'il invente, en 1924, son mythique filet américain. Une recette que perpétue, depuis, la famille Niels dans ses différentes brasseries. Et qu'on se rassure, le filet américain (24 euros) du Savoy est parfait, servi avec de bonnes frites au blanc de boeuf et à déguster, par exemple, avec une bonne bouteille de crozes- hermitage Les Jalets 2015 de chez Paul Jaboulet (47 euros), piochée dans la brève carte des vins. Malheureusement, cette nouvelle adresse dont la déco de brasserie chic et moderne a été entièrement repensée par l'architecte Anne Catherine Lalmand, déjà derrière Le Grand Forestier, manque un peu d'âme. La carte est en effet grosso modo la même qu'au Vieux Saint-Martin mais plus resserrée (cela manque notamment d'entrées), mettant à l'honneur ses spécialités bien de chez nous, comme les croquettes aux crevettes (17,50 euros). Servies classiquement, avec du persil frit et du citron, celles-ci sont bien faites. De leur côté, les rognons de veau à la liégeoise (23,75 euros) sont plutôt bien cuits, rosés, mais la sauce est vraiment trop salée. Au moment du dessert, on n'est à nouveau guère convaincu par le riz au lait au spéculoos (9 euros), basique, et dont le riz est trop cuit. On lui préfère la gaufre de Bruxelles, servie avec une chantilly pas trop sucrée et un peu de confiture de fraises, mais à 10 euros quand même... Finalement, on préférera faire l'escapade jusqu'au Sablon, car, à ce niveau de prix, Au Vieux Saint-Martin offre une meilleure expérience globale.