C'est déjà la 16e édition pour les Feeërieën, festival musical gratuit mis sur pied par l'Ancienne Belgique au centre du parc de Bruxelles. Appliquant toujours le même principe de refléter les sonorités les plus intrépides du moment, chacune des cinq soirées présente deux artistes de genre...

C'est déjà la 16e édition pour les Feeërieën, festival musical gratuit mis sur pied par l'Ancienne Belgique au centre du parc de Bruxelles. Appliquant toujours le même principe de refléter les sonorités les plus intrépides du moment, chacune des cinq soirées présente deux artistes de genres différents et complémentaires. Le groupe anversois Dez Mona, dont les chansons s'installent quelque part entre Kurt Weil et Talk Talk, renforcées pour l'occasion par les voix du GoneWest Choir, entame les festivités. Au programme de la même journée, le duo Innerwoud & Astrid Stockman fait se rencontrer l'opéra et les vibrations industrielles dans une fusion inédite (26 août). Le lendemain (27 août), l'occasion est donnée d'évaluer l'actuelle scène turque psychédélique avec Derya Yildrim & Grup Simsek et les merveilles éthiopiennes de Sosena Gebre Eyesus. Jazz et hip-hop anglophone constituent le menu du 28, où la formation féminine londonienne Nérija porte le flambeau face à une poétesse venue de Californie, l'insolite Tenesha The Wordsmith. Le 29, on file aux confins du monde arabo-africain avec le funk-disco somalien de Dur-Dur Band et Maurice Louca, vibration inspirée du Caire contemporain. Peut-être pas si loin de la soirée finale, qui propose pas moins de quatre artistes/DJ pointus, voire carrément expérimentaux, comme Kode9.