La semaine dernière, le comportement d'un minibus autonome a été testé sur un circuit privé à Malmedy. Pour de vrais essais sur la voie publ...

La semaine dernière, le comportement d'un minibus autonome a été testé sur un circuit privé à Malmedy. Pour de vrais essais sur la voie publique, il faudra, selon le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, patienter jusqu'au début de l'année prochaine. Ces minibus autonomes, déjà utilisés en France ou en Espagne, sont très pratiques pour circuler à 20 km/h sur des semi-piétonniers ou sur des parkings, notamment d'hôpitaux. Mais pour pouvoir les utiliser, il faudra modifier le code de la route. Ces véhicules, munis de lidar et de laser, sont capables de détecter les mouvements, de s'arrêter en cas d'obstacle et d'interagir tant avec les piétons que les cyclistes. Par Xavier Beghin