Galileo, le système de géolocalisation européen, fonctionne depuis décembre 2016 avec 22 satellites. Il doit encore gagner en précision par l'ajout de huit autres satellites d'ici 20...

Galileo, le système de géolocalisation européen, fonctionne depuis décembre 2016 avec 22 satellites. Il doit encore gagner en précision par l'ajout de huit autres satellites d'ici 2020. Or, il se fait qu'une maladie frappe certaines des horloges atomiques qui équipent ces satellites et qui mesurent avec une extrême précision le temps mis par les ondes envoyées vers la Terre. Chaque engin est équipé de quatre horloges. Elles sont donc 72 au total. Selon La Tribune, une vingtaine d'entre elles connaîtraient des dysfonctionnements. L'Agence spatiale européenne (ESA), elle, parle de neuf cadrans à problèmes. Après enquête, elle affirme avoir trouvé les causes et pris des corrections. Sur les quatre horloges d'un satellite, il suffit d'une, intacte, pour assurer un bon fonctionnement. La Commission européenne, maître-d'oeuvre de la constellation, se veut donc rassurante. Par Jean-Christophe de Wasseige