Cinq jours et soirées au lieu de 10 en 2017, le Brussels Summer Festival change de braquet dans un marché belge hyper-concurrentiel, occupé par des dizaines de festivals, et même des centaines si on prend en compte les événements locaux, particulièrement ceux en Flandre. ...

Cinq jours et soirées au lieu de 10 en 2017, le Brussels Summer Festival change de braquet dans un marché belge hyper-concurrentiel, occupé par des dizaines de festivals, et même des centaines si on prend en compte les événements locaux, particulièrement ceux en Flandre. En cause aussi, la mobilisation du centre de Bruxelles pendant 10 jours et des cachets qui ne cessent de flamber, d'où une affiche 2018 moins impressionnante que les précédentes. On peut toutefois compter sur la star américaine Jared Leto et ses Thirty Seconds To Mars, les toujours excellents dEUS, les survitaminés Shaka Ponk, la talentueuse transformiste Camille, l'americana bien préparé de Calexico, Raphael l'intemporel et, comme il se doit, la dose hip-hop, ici incarnée par Orelsan, La Smala et Romeo Elvis x Le Motel. Pour l'éventuelle surprise, sur la soixantaine de formations, il faut davantage creuser du côté des outsiders français et débusquer Clara Luciani, vocaliste de La Femme, incarnant une chanson féminine finement actuelle. Ou alors chez les Belges qu'on aime, comme Lylac, Jasper Steverlinck, Fugu Mango, l'étonnant Britannique liégeois Theo Clark et la révélation nationale de l'année, Glass Museum, duo instrumental batterie-claviers qui redistribue brillamment les cartes de la musique contemporaine, de la pop et du jazz.