Dix millions de dollars ! C'est le bonus que recevra, dimanche prochain, le lauréat de la FedEx Cup 2017, bouquet final de l'année sur le PGA Tour. Un véritable pactole qui fait évidemment saliver tous les ténors du swing mondial et qui attise même la jalousie des grands traders de Wall Street !
...

Dix millions de dollars ! C'est le bonus que recevra, dimanche prochain, le lauréat de la FedEx Cup 2017, bouquet final de l'année sur le PGA Tour. Un véritable pactole qui fait évidemment saliver tous les ténors du swing mondial et qui attise même la jalousie des grands traders de Wall Street ! C'est en 2007 que cette épreuve hybride a vu le jour. Elle avait pour but avoué de créer un suspense artificiel lors des derniers tournois de la saison et, surtout, de plaire aux télévisions. Aux Etats-Unis, le concept des playoffs est présent dans quasiment toutes les disciplines : basket, football, base-ball, hockey sur glace. Pour faire grimper les audiences, le golf se devait de suivre le mouvement en inventant un nouveau format ! C'est tout l'esprit de cette FedEx Cup qui s'étend sur quatre tournois. Les 125 meilleurs joueurs du PGA Tour (classement pris en compte depuis le début de l'année) ont été conviés au Northern Trust de New York. Ils n'étaient plus que 100 au Dell Championship de Boston, puis 70 au BMW Championship de Lake Forest. Cette semaine, sur le magnifique parcours East Lake d'Atlanta, seuls les 30 premiers seront conviés aux festivités du Tour Championship et se partageront le fameux bonus de 35 millions de dollars : 10 millions pour le vainqueur, 3 millions pour le deuxième, 2 millions pour le troisième,... Des gains qui s'ajoutent, bien sûr, aux prize money officiels de chaque tournoi ! Certains jugent ces montants démesurés et indécents. Mais on sait qu'aux Etats-Unis l'argent participe largement à la notoriété d'un événement. Du coup, cette course au jackpot - et au plus gros chèque de l'histoire d'un sport individuel - défraye toutes les chroniques. C'est d'ailleurs le but de la manoeuvre ! Les joueurs, eux, s'accommodent fort bien de la situation. Pour récolter les étrennes avant l'heure, il n'y a pas meilleure adresse que le Tour Championship ! Depuis sa naissance, la FedEx Cup a déjà couronné des champions de la taille de Tiger Woods (sacré en 2007 et 2009), Vijay Singh (2008), Jim Furyk (2010), Bill Haas (2011), Brandt Snedeker (2012), Henrik Stenson (2013), Bill Horschell (2014), Jordan Spieth (2015) et Rory McIlroy (2016). Rien que du beau monde ! A qui le tour cette fois ? Le barème des points lors de ce dernier tournoi a été pensé pour permettre tous les renversements de situation et d'improbables remontées. A priori, les Américains Jordan Spieth, Justin Thomas et Dustin Johnson, qui occupent les trois premières places, devraient toutefois se disputer le butin. Miguel Tasso