Teddington, c'est le nom du plus vieux club de hockey du monde. Situé dans une école de la banlieue de Londres, il serait le berceau des règles du hockey moderne. Rien d'étonnant dès lors qu'Olivier Lust, joueur pendant 40 ans, l'ait choisi pour baptiser l'établissement ucclois qu'il a repris début novembre...

Teddington, c'est le nom du plus vieux club de hockey du monde. Situé dans une école de la banlieue de Londres, il serait le berceau des règles du hockey moderne. Rien d'étonnant dès lors qu'Olivier Lust, joueur pendant 40 ans, l'ait choisi pour baptiser l'établissement ucclois qu'il a repris début novembre avec son épouse Catherine. Une passion qui se prolonge dans le décor très urbain puisque les murs de ce qui fut une imprimerie, un restaurant et une boîte de nuit, sont ornés de jolies photos noir et blanc de joueurs de notre équipe nationale. C'est déjà à Catherine et Olivier Lust que l'on doit la renaissance du Kaiyou de Lasne en une Ligne Rouge étoilée avec Benjamin Laborie au piano. Le chef d'origine parisienne a, bien évidemment, signé la carte du Teddington et y propose, à travers le talent, au quotidien, de Giovanni Coniglio, une jolie cuisine de brasserie centrée sur des produits de qualité comme les viandes de l'Aubrac de la maison Conquet. Il profite aussi de la rôtissoire laissée par l'occupant précédent pour mettre à la carte des quarts (22 euros) ou des demi-volailles (26) du Périgord (un plat généreux, mais qui eut pu être plus goûteux, servi avec des frites de top niveau ! ) et des petits os laqués (19 euros) ainsi que, sur commande, du perdreau, du faisan, du cochon de lait et de l'agneau. Carte des vins raisonnable avec de jolies références comme Germain en Loire ou Montvac dans le Rhône. Une adresse prometteuse mais encore perfectible.