Cela fait des années que Safari et Firefox empêchent le dépôt de cookies tiers, ces petits fichiers qui permettent de suivre un internaute à la trace sur le web et de lui proposer des pubs ciblées. Une interdic...

Cela fait des années que Safari et Firefox empêchent le dépôt de cookies tiers, ces petits fichiers qui permettent de suivre un internaute à la trace sur le web et de lui proposer des pubs ciblées. Une interdiction dans la lignée du RGPD européen qui oblige d'obtenir le consentement des internautes avant de leur imposer des cookies dans leur PC. En Californie et en Inde, des pratiques du même genre ont vu le jour. Jusqu'à l'an dernier, Google (dont Chrome est utilisé par deux tiers des internautes du monde entier) a résisté tant bien que mal. Il faut dire que la publicité ciblée est au coeur de son business model. Sous la pression, il avait toutefois annoncé l'interdiction des cookies tiers pour la fin 2022, le temps de trouver une solution tech qui permette de s'en passer tout en préservant un certain traçage. Cette semaine, cette interdiction a été repoussée d'un an. Les solutions imaginées par Google, sous le coup de plusieurs enquêtes pour abus de position dominante, font peur aux régulateurs mais aussi aux annonceurs et éditeurs.