Chanteuse soul-funk tentée par la pop, la trentenaire bruxelloise a décroché fin janvier un n°1 à l'Ultratop, classement officiel des ventes d'albums en Belgique francophone, raflant au passage la première place devant Johnny Hallyday et Ed Sheeran. L'exploit de Raw (distribué par...

Chanteuse soul-funk tentée par la pop, la trentenaire bruxelloise a décroché fin janvier un n°1 à l'Ultratop, classement officiel des ventes d'albums en Belgique francophone, raflant au passage la première place devant Johnny Hallyday et Ed Sheeran. L'exploit de Raw (distribué par cod&s) est d'autant plus impressionnant que le genre de la vocaliste-pianiste est rarement apprécié du grand public. Au-delà du talent vocal évident de Typh Barrow, de sa collection de chansons intimes volontiers autobiographiques, deux éléments jouent en sa faveur. D'abord, une sonorité chaude rappelant les années septante analogiques, l'album ayant été en partie enregistré à Londres avec l'excellent collectif Heliocentrics. Et puis, le fait que cette voix troublante - aux limites de l'androgyne - rode sur scène un répertoire depuis des années, passant des piano-bars aux clubs puis aux festivals en vue comme les Francos ou Les Solidarités. Il en ressort une expérience musicale funky, présentée en concert par Miss Barrow dans les prochaines semaines avant une date majeure à l'automne à l'Ancienne Belgique. La tournée va attirer du monde, il est donc conseillé de réserver