Le président américain vient de donner le coup d'envoi des travaux pour définir sa réforme fiscale, grande promesse de campagne. Il joue gros. Car la Maison- Blanche et la majorité républicaine au Congrès ne sont pas tout ...

Le président américain vient de donner le coup d'envoi des travaux pour définir sa réforme fiscale, grande promesse de campagne. Il joue gros. Car la Maison- Blanche et la majorité républicaine au Congrès ne sont pas tout à fait sur la même longueur d'onde. Et on sait que cela a déjà joué des tours au magnat de l'immobilier peu au fait de la politique. Sa réforme de l'Obamacare a ainsi capoté en juillet dernier par son incapacité à rassembler les diverses tendances du Grand Old Party. Une majorité de conservateurs étaient prêts à le suivre mais des modérés trouvaient le texte trop dur, tandis que des extrémistes du Freedom Causus (une réincarnation du Tea Party) l'estimaient trop timide. Selon Reuters, les premières discussions devaient commencer le 5 septembre entre l'administration Trump et les leaders républicains de la Chambre et du Sénat. L'ambition est d'aboutir d'ici novembre. Sur le fond, deux priorités sont au menu : une simplification de la fiscalité et des allègements pour les sociétés. Donald Trump rêve de faire passer le taux nominal de 35 à... 15 %. Par Jean-Christophe de Wasseige