Jouant à fond la carte du nationalisme, Donald Trump, contrairement à une tradition séculaire qui fait de la fête nationale du 4 juillet un événement apolitique, avait décidé de créer un " Hommage à l'Amérique " sur le Mall de Washington avec un discours de 30 minutes, un ballet aérien et un défilé de chars. Dans son emportement, le président a prétendu que l'armée américaine, créée en 1775, avait fait tout ce qu'elle avait pu pour conquérir l'indépendance comme... s'emparer des aéroports ennemis !