"Et si une personne émergeait d'un sommeil qui avait duré 20 ans, qui serait-elle aujourd'hui? Qui serions-nous pour elle?" Au Théâtre de Namur, Christophe Quelque Chose est une rareté: l'irruption d'une forme d'anticipation scientifique sur une s...

"Et si une personne émergeait d'un sommeil qui avait duré 20 ans, qui serait-elle aujourd'hui? Qui serions-nous pour elle?" Au Théâtre de Namur, Christophe Quelque Chose est une rareté: l'irruption d'une forme d'anticipation scientifique sur une scène théâtrale. Un lieu concret pour une proposition qui scrute les dédales de la conscience. Généralement, le thème agit davantage en traitement filmique, mais là, cela part des planches et d'une forme de réalité. Soit l'histoire de Christophe Iets, neurologue spécialisé dans les troubles de la mémoire qui présente son ouvrage sur "la plasticité de notre identité personnelle", proposant à chaque spectateur de "retrouver son monde intime". Dit comme cela, l'offre ressemble à l'une de ces propositions new age questionnables (ne serait-ce que par sa curieuse affiche à l'envers). Pas aussi simple: l'acteur neurologue Yvain Juillard part de l'histoire d'une de ses patientes, ancienne actrice interprétée par Agnès Berthon, qui restera enfermée dans un passé figé pendant 20 ans après avoir été opérée d'une tumeur cérébrale... et avant que n'intervienne une "greffe de mémoire" lui donnant un autre début de vie.