Se rendre en France en TGV dans les prochaines semaines va devoir s'entourer d'un luxe de précautions. Malgré une opinion publique très défavorable, les quatre syndica...

Se rendre en France en TGV dans les prochaines semaines va devoir s'entourer d'un luxe de précautions. Malgré une opinion publique très défavorable, les quatre syndicats français du rail (CGT, Sud, Unsa et CFDT) ont lancé une riposte sans précédent au plan de transformation du Premier ministre Edouard Philippe qui prévoit, entre autres, la disparition du statut des cheminots. Pas de grève au finish de trois semaines comme en 1995 pour protester contre le plan Juppé sur les retraites. A la place, trois mois de grève perlée. Du 3 avril au 28 juin, les cheminots se croiseront les bras deux jours sur cinq ! Une tactique qui permet de tenir sur la durée tout en limitant l'impact financier sur les collaborateurs puisque ce ne seront pas toujours les mêmes qui seront en grève. Voilà un premier vrai test pour le président Macron...