Pendant que la classe moyenne se morfond et vote parfois par dépit pour les partis populistes, les milliardaires, eux, sont de plus en plus nombreux et de plus en plus riches. Leur fortune a augmenté de 18 % en un an. C'est mieux que l'indexation salariale de milliards de personnes réunies.
...

Pendant que la classe moyenne se morfond et vote parfois par dépit pour les partis populistes, les milliardaires, eux, sont de plus en plus nombreux et de plus en plus riches. Leur fortune a augmenté de 18 % en un an. C'est mieux que l'indexation salariale de milliards de personnes réunies. Le magazine économique Forbes a, comme chaque année, dévoilé le palmarès des milliardaires mondiaux de cette année, avec Bill Gates (photo) encore une fois en tête. Premier constat, le nombre de milliardaires en dollars atteint un chiffre record : 2.043 personnes dans le monde sont milliardaires en dollars. C'est une augmentation de 13 % par rapport à 2016. Deuxième constat : la fortune de ces milliardaires a augmenté de 18 % en un an. Si ce sont toujours les Etats-Unis qui dominent le classement de Forbes, la Chine les talonne de très près. Ce classement confortera tous ceux qui pensent que la crise, c'est toujours pour les mêmes, les plus pauvres, car les riches tirent, eux, leur épingle du jeu. La Bourse aux Etats-Unis n'a en effet pas cessé de grimper ces dernières années. Depuis que Donald Trump est au pouvoir, elle a même battu des records historiques à plusieurs reprises. Nouveau aussi dans ce classement : les riches d'hier sont remplacés progressivement par les nouveaux milliardaires de l'Internet. C'est le cas, par exemple, avec Mark Zuckerberg, le très jeune patron et fondateur de Facebook, qui arrive à la cinquième place de l'homme, avec une fortune évaluée à 56 milliards de dollars. Il arrive juste après Amancio Ortega, le fondateur de Zara. Ce genre de classement gêne parfois ceux qui y figurent. Certains d'entre eux regrettent d'y apparaître car ils ont peur d'un kidnapping. D'autres se voudraient plus discrets pour diverses raisons et font comprendre que leur fortune est moindre. Et puis il y a Donald Trump, qui lui fait exactement l'inverse et qui dit que c'est une honte de la part du magazine Forbes de l'avoir crédité d'un peu de moins de 4 milliards de dollars, alors que, selon lui, il pèse au moins 10 milliards... Sacré Donald ! Il n'y a que lui pour oser agir de la sorte et se faire applaudir par des pauvres qui votent sans sourciller pour lui. AMID FALJAOUI