Pour éponger les pertes colossales de sa filiale nucléaire Westinghouse, le conglomérat Toshiba est obligé de vendre un de ses joyaux : sa division de ...

Pour éponger les pertes colossales de sa filiale nucléaire Westinghouse, le conglomérat Toshiba est obligé de vendre un de ses joyaux : sa division de puces électroniques pour mémoires NAND (utilisés notamment dans les smartphones). Cette division est la n° 2 mondiale du secteur, derrière Samsung. Elle a été mise aux enchères et le gagnant vient d'être désigné. Il s'agit d'un consortium emmené par le fonds américain Bain Capital et la société publique japonaise d'aide au secteur électronique INCJ. Leur offre s'élève à 16 milliards d'euros. Reste à régler un problème. La principale usine de cette division est exploitée avec Western Digital. Or, ce dernier estime que cette cession est une brèche dans leur partenariat. Par Jean-Christophe Wasseige