Grâce à sa deuxième place conquise lors du prestigieux Open d'Ecosse, Thomas Detry, 28 ans, a franchi un nouveau cap dans sa carrière et est entré dans une nouvelle dimension. Durant quatre jours, avec les meilleurs joueurs du monde pour adversaires directs, le champion bruxellois a affiché son talent et sa maîtrise. En tête après quatre tours, il n'est tombé qu'au premier trou de play-off face à l'Australien Min Woo Lee. Mais sa prestation a impressionné toute la galerie du golf mondial.
...

Grâce à sa deuxième place conquise lors du prestigieux Open d'Ecosse, Thomas Detry, 28 ans, a franchi un nouveau cap dans sa carrière et est entré dans une nouvelle dimension. Durant quatre jours, avec les meilleurs joueurs du monde pour adversaires directs, le champion bruxellois a affiché son talent et sa maîtrise. En tête après quatre tours, il n'est tombé qu'au premier trou de play-off face à l'Australien Min Woo Lee. Mais sa prestation a impressionné toute la galerie du golf mondial. Pour le prouver, il y a d'abord les chiffres. Detry a terminé le tournoi à 18 sous le par, en ne concédant que quatre bogeys sur 72 trous. Mais il y a aussi l'art et la manière. Les télés britanniques ont multiplié les ralentis de ses super- bes coups et notamment de son improbable approche sur le 17e trou du troisième tour. Sa balle avait terminé sa cour- se à l'arrière de la tribune. Un coup presqu'injouable. Mais le joueur belge inventa un lob shot et sauva un par venu d'ailleurs. Et puis surtout, c'est par son mental conquérant que le n°1 belge a forcé l'admiration. On l'a sou-vent dit fragile dans ce secteur, surtout sous pression. Mais à l'évidence, le travail de sophrologie qu'il effectue depuis quelques mois porte ses fruits. La façon dont il a géré ses émotions lorsque la sirène de l'arbitre retentit pour annoncer l'orage en dit long sur ses progrès. Logiquement surpris par le bruit, il manqua un putt facile, concéda un injuste bogey mais trouva les ressources pour oublier ce coup du sort et repartir de plus belle après la longue interruption. Le "nouveau Detry" est désormais solide dans tous les secteurs du jeu. Il aurait bien sûr préféré ne pas ajouter à son C.V. une septième 2e place sur l'European Tour et remporter son premier titre. Mais le positif prendra vite le dessus sur la légitime déception du moment. Grâce à sa performance dans ce tournoi de très haut niveau, il a bien sûr marqué de précieux points dans les différents classements internationaux (Race to Dubaï et ranking mondial). Il a touché un chèque de 700.000 dollars et obtenu, en last minute, son billet pour le British Open qu'il disputera cette semaine pour la première fois. Il a, en prime, rappelé à Padraig Harrington, le capitaine de l'équipe européenne de Ryder Cup, qu'il était disponible si nécessaire. Pour l'heure, sa sélection pour le rendez-vous de Whistling Straits (24-26 septembre) n'est pas d'actualité. Mais s'il confirme dans les prochaines semaines, il pourrait parfaitement faire partie des candidats à une wild card. Et puis, pourquoi ne pas imaginer qu'il offre aussi une médaille à la Belgique lors des prochains J.O. à Tokyo. Dans sa forme actuelle, rien n'est impossible!