Saddek de Ree, le patron de Brussels Foodie, la branche culinaire de Brussels Expo, et Cédric Allard, le fondateur de We are C, l'agence événementielle derrière Culinaria, ont un sérieux grain. Sans cela, ils n'auraient jamais eu l'idée ni réussi à installer, en six semaines, un pop-up gastronomique vitré sur le toit du Palais 5. En sus, ils ont réussi à convaincre Lionel Rigolet (Comme Chez Soi) et Nick Bril (The Jane), quatre étoiles Michelin à eux deux, à participer à l'aventure. Deux chefs qui n'avaient jamais travaillé ens...

Saddek de Ree, le patron de Brussels Foodie, la branche culinaire de Brussels Expo, et Cédric Allard, le fondateur de We are C, l'agence événementielle derrière Culinaria, ont un sérieux grain. Sans cela, ils n'auraient jamais eu l'idée ni réussi à installer, en six semaines, un pop-up gastronomique vitré sur le toit du Palais 5. En sus, ils ont réussi à convaincre Lionel Rigolet (Comme Chez Soi) et Nick Bril (The Jane), quatre étoiles Michelin à eux deux, à participer à l'aventure. Deux chefs qui n'avaient jamais travaillé ensemble mais dont les univers différents s'attiraient comme des aimants. Cette expérience hors du commun se mérite: huit étages et 200 marches pour arriver sur le toit du Palais. Une montée encouragée par une surprise à mi-parcours. Si cette ascension pédestre vous effraie ou vous est impossible, les organisateurs, qui ne se sont refusé aucune folie, ont fait installer à côté de l'entrée du palais un ascenseur de chantier qui vous élève en douceur et à l'air libre. Mieux vaut quand même ne pas avoir le vertige... Une fois en haut, apparaît le cube vitré installé à l'origine pour abriter un studio de radio-télé pour le Salon de l'Auto. Tout en longueur, il abrite une minuscule cuisine et 10 tables (20 couverts) avec, chacune, une vue à couper le souffle sur l'Atomium! Un lieu exceptionnel et un moment privilégié qui, à eux seuls, justifient la dépense: 175 euros pour le menu cinq services (vins adaptés à 65 euros). Malgré les impressionnantes cuisines de Brussels Expo sur la terre ferme, on imagine bien les difficultés opérationnelles pour sortir des plats étoilés dans un tel endroit restreint. Malgré tout, les équipes de Brussels Foodie s'en sortent bien et font honneur aux cinq plats imaginés par le duo Rigolet-Bril. Mention très bien pour l'épatante association proposée par l'Anversois entre le boudin noir de Dierendonck, le poulet d'Ypres, des chicons et une sauce au foie gras et à la Fine Champagne et le travail du Bruxellois autour de la Gambero Rosso proposée avec un bouillon thaï, eryngii laqué (une espèce de pleurote) et une déclinaison de différents choux belges. Deux plats sublimés par les vins adaptés choisis. Le premier par un Grotte di Sole, un rouge corse de chez Antoine Arena et le second par une épatante Petite Arvine italienne. Saddek de Ree, grand amateur, a aussi concocté une jolie petite carte de vins avec, entre autres, quelques millésimes de très grands crus bordelais.