Trois morts et une femme enceinte victime d'une fausse couche. Tel est le bilan, jusqu'ici, d'une contamination survenue aux Pays-Bas. Les quatre victimes avaient consommé de la viande contaminée à la listéria monocytogène. L'agence de sécurité alimentaire néerlandaise a la quasi-certitude que les aliments incriminés proviennent de l'usine d'Aalsmeer, dans la banlieue d'Amsterdam. Il s'agit d'un des trois sites de la société néerlandaise Offerman, spécialisée dans la charcuterie emballée et tranchée. Cette entreprise a été reprise en 2017 par Ter Beke. Coté sur Euronext Bruxelles, le groupe familial flamand s'est considérablement développé ces dernières années au point de devenir l'un des leaders belges de la viande et des plats préparés. Il a franchi l'an dernier le demi-milliard de chiffre d'affaires. Dans le groupe, on trouve désormais les sociétés Les Nutons, l'Ardennaise, Stefano Toselli en France ou encore KK Fine Foods au Royaume-Uni. Le groupe emploie désormais 2.600 personnes réparties sur 13 sites européens.

Dès l'alerte sanitaire, Ter Beke a informé l'Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) et a fait retirer le seul produit Offerman vendu chez nous (des barquettes de rôti de boeuf sous la marque Délifin) des rayons d'Aldi. Dans notre pays, aucun autre produit ne devrait être rappelé.

Suspendue vendredi après-midi, l'action Ter Beke a dévissé ce lundi (-22 %) lors de la reprise de sa cotation. Le groupe avait, en effet, publié en matinée un avertissement sur résultats, estimant que l'impact du rappel des produits et la fermeture, temporaire, de l'usine d'Aalsmeer pourrait s'élever à 10 % de l'Ebitda. Ter Beke qui, aux Pays-Bas, a organisé le rappel de toutes les gammes de produits potentiellement concernés, collabore à l'enquête. A l'heure d'écrire ces lignes, elle n'avait encore aucune explication concernant la contamination à la listéria des aliments produits à Aalsmeer.