En travaillant sur l'ARN plutôt que l'ADN, il y a moyen de développer des approches thérapeutiques moins coûteuses et plus efficaces, a confirmé l'étude préclinique menée par Celyad avec sa plateforme shRNA et présentée ce lundi à New York.
...

En travaillant sur l'ARN plutôt que l'ADN, il y a moyen de développer des approches thérapeutiques moins coûteuses et plus efficaces, a confirmé l'étude préclinique menée par Celyad avec sa plateforme shRNA et présentée ce lundi à New York. Celyad est active dans les thérapies cellulaires appelées CAR-T, qui consistent à programmer des lymphocytes (globules blancs) pour les rendre plus efficaces contre des cellules cancéreuses. Jusqu'ici, cette programmation s'effectuait par l'ADN, une intervention comportant un risque de perturbation de l'ADN. D'où l'idée d'essayer d'intervenir sur une molécule proche et a priori plus sûre, l'ARN. " Beaucoup ont essayé mais avec des résultats mitigés, explique Christian Homsy, CEO et cofondateur de Celyad. Nous avons réussi à craquer le code de cet outil avec des premiers résultats probants chez l'animal. " La plateforme shRNA augmente " significativement la persistance et l'expansion cellulaire " du principal candidat médicament de Celyad, le CYAD-01 (leucémie). Elle sera utilisée pour le développement d'autres candidats (contre certains types de leucémie et contre des tumeurs malignes) du portefeuille de la biotech de Mont-Saint-Guibert. Les premiers essais cliniques sont attendus dans les prochains mois. La plateforme présente l'énorme avantage d'améliorer les approches allogéniques (via des banques de cellules), moins coûteuses que les traitements autologues (le patient est soigné à partir de ses propres cellules). C'est notamment pour cette raison que Christian Homsy parle de " technologie de rupture ". Pourrait-elle intéresser d'autres biotechs actives dans les thérapies CAR-T ? " Nous avons effectivement reçu de nombreuses marques d'intérêt, confie le CEO de Celyad. Nous devrons jouer finement. Des partenariats pour l'utilisation de notre plateforme peuvent nous apporter des rentrées financières intéressantes. Mais nous éviterons les accords avec les firmes qui développent des candidats-médicaments directement concurrents des nôtres. Nous devons veiller à la stratégie à moyen et long terme de Celyad. "