Le numéro un mondial du streaming musical, le suédois Spotify, devrait être coté à la Bourse de New York. L'information provient du Wall Street Journal, qui parle d'une demande introduite discrètement à la fin 2016. Il s'agira d'une entrée très particulière. Spotify souhaiterait recourir à une approche de direct listing, pratiquée plutôt par des petites sociétés. Elle consiste à entrer dans la cote sans vendre d'actions, sans ...

Le numéro un mondial du streaming musical, le suédois Spotify, devrait être coté à la Bourse de New York. L'information provient du Wall Street Journal, qui parle d'une demande introduite discrètement à la fin 2016. Il s'agira d'une entrée très particulière. Spotify souhaiterait recourir à une approche de direct listing, pratiquée plutôt par des petites sociétés. Elle consiste à entrer dans la cote sans vendre d'actions, sans rechercher de capitaux frais, juste pour permettre aux actionnaires existants de vendre à leur gré. L'opération leur permettra d'encaisser leur plus-value. Si cette entrée en Bourse réussit, l'expérience pourrait tenter d'autres grandes plateformes, comme Airbnb. Tout dépendra de la capitalisation boursière atteinte, qui devrait, pour parler de réussite, dépasser les 10 milliards de dollars. La plateforme suédoise, fondée en 2008 par Daniel Ek et Sean Parker (le fondateur de Napster), a beau être le leader du streaming payant, avec près de 65 millions d'abonnés payants contre 1 million en 2011, elle continuait à perdre de l'argent en 2016 (601 millions de dollars). Elle montre toutefois une résilience considérable : elle n'a pas été ébranlée par l'arrivée d'Apple dans le streaming, en 2015, avec Apple Music qui devait écraser Spotify mais qui peine à arriver à 30 millions d'abonnés. Spotify mène largement la course en tête. Elle semble avoir trouvé la manière de convertir des dizaines de milliers d'usagers gratuits en abonnés payants. Spotify propose à la fois un service gratuit, limité, avec des publicités, et un abonnement payant, mêlant streaming et possibilité de téléchargements. Le streaming prend la place de la vente de la musique en CD ou sur le Net (iTunes). Il a permis au secteur de renverser la chute des revenus, minés par le piratage, même si les relations sont parfois rugueuses sur le partage des recettes. Spotify devrait chercher à vendre en Bourse l'image d'un potentiel Google ou Facebook de la musique. Un futur Google un peu... asiatique car Spotify et Tencent ont récemment procédé à un échange de participations minoritaires.