Un " process " contrôlé de A à Z

Qui dit été en Belgique dit festival. Mais la météo belge étant ce qu'elle est, difficile pour l'organisateur d'un tel événement de ne pas prévoir des chapiteaux pour protéger les festivaliers des caprices du temps. A Nivelles, la société Spantech a fait de ces super structures une spécialité. A la base simple fabricant et vendeur de petites tonnelles, la société a très vite grandi, devenant également loueur. L'entreprise contrôle ainsi de A à Z tout le processus de vente/location de ses produits. " En étant sur tous les fronts, on est très rapides et flexibles. Une semaine après les attentats, nous avions déjà installé une tente pour le pre-check-in à Brussels Airport ", illustre Pierre des Cressonnières, responsable vente et marketing. Aujourd'hui, l'entreprise nivelloise compte de nombreux clients prestigieux comme le Pukkelpop et a travaillé pour les JO de Londres. Les demandes sont parfois atypiques. " On a ainsi dû monter des structures dans lesquelles des...

Qui dit été en Belgique dit festival. Mais la météo belge étant ce qu'elle est, difficile pour l'organisateur d'un tel événement de ne pas prévoir des chapiteaux pour protéger les festivaliers des caprices du temps. A Nivelles, la société Spantech a fait de ces super structures une spécialité. A la base simple fabricant et vendeur de petites tonnelles, la société a très vite grandi, devenant également loueur. L'entreprise contrôle ainsi de A à Z tout le processus de vente/location de ses produits. " En étant sur tous les fronts, on est très rapides et flexibles. Une semaine après les attentats, nous avions déjà installé une tente pour le pre-check-in à Brussels Airport ", illustre Pierre des Cressonnières, responsable vente et marketing. Aujourd'hui, l'entreprise nivelloise compte de nombreux clients prestigieux comme le Pukkelpop et a travaillé pour les JO de Londres. Les demandes sont parfois atypiques. " On a ainsi dû monter des structures dans lesquelles des arbres devaient rester à l'intérieur. On a aussi construit durant un mois entier un pavillon pour un défilé de mode qui n'aura durée qu'une soirée ."Récemment, la société nivelloise a remporté un contrat pour le moins prestigieux. Elle a été missionnée pour construire un chapiteau censé héberger, durant la prochaine exposition universelle à Astana, le fameux Cirque du soleil. L'entreprise s'est donc lancée depuis quelques semaines dans la construction de la structure qui devra accueillir une scène centrale, entourée de deux gradins. Couvrir le cirque le plus réputé du monde n'est pas anodin. La structure doit être capable de supporter de lourdes charges suspendues pour retenir les lumières et les acrobates. " Ils ont également demandé de recouvrir toute la tente pour donner l'illusion de vagues. On a donc dû un peu se creuser la tête pour trouver comment faire mais au final, cela donne bien ", ajoute le responsable des ventes. Si les chiffres doivent rester secrets, la collaboration est évidemment juteuse. " C'est évidemment très particulier. Il s'agit de l'un des contrats les plus importants de cette année. "Si Spantech réalise des tentes pour des événements ponctuels, il est désormais aussi possible d'installer des structures pour des longs, voire très longs délais. C'est ainsi le cas pour les tentes destinées à l'industrie, un marché sur lequel Spantech souhaite se développer davantage. " Aujourd'hui, pour faire face à une nouvelle commande de grande ampleur, un industriel a besoin d'une nouvelle ligne de production ou la possibilité de stocker. Dans les deux cas, il aura besoin de place. " Les structures proposées sont alors bien plus complexes que les chapiteaux de festival. " On peut les isoler, intégrer l'électricité, la climatisation et le chauffage ", énumère encore Pierre des Cressonnières. La durée d'installation peut alors atteindre plusieurs années. " On pourrait aller jusqu'à 25 ans, puis, s'il y a un problème au toit, par exemple, on peut très rapidement en mettre un autre. "Difficile de faire référence aux chapiteaux de festival sans se remémorer la tragique édition de Pukkelpop 2011, où une tempête avait fait cinq morts et où plusieurs structures furent anéanties. " Nous ne travaillions pas encore avec le festival à l'époque. C'était tragique mais impossible à anticiper. A partir du moment où des bâtiments ont aussi subi des dégâts, on ne peut pas demander l'impossible à une infrastructure simplement fixée dans le sol. Le plus grand danger, c'est lorsque le vent s'engouffre dans le chapiteau ", explique le commercial de Spantech. Les conditions sont d'ailleurs très strictes. Les tentes doivent savoir supporter des charges de 25 kg de neige par mètre carré et résister à des vents jusqu'à 100 km/h. " Cela représente une tempête. En réalité, les tentes résistent à des vitesses supérieures mais c'est la limite à laquelle il faut évacuer. "Les projets dans le domaine sont de plus en plus ambitieux. Prochain objectif pour Spantech : atteindre une structure de 100 m de portée libre, soit sans le moindre poteau intermédiaire pour soutenir le toit. Une équipe de recherche et développement se dédie à ce projet et l'entreprise belge espère bien être la première à parvenir à réaliser un tel ouvrage. Un défi qui permettrait d'accéder à de nouvelles opportunités. " On pourrait, par exemple, y mettre un avion ". Toutefois, c'est surtout pour l'événementiel que ce type de tente pourrait être très prometteur. " L'intérêt serait d'y installer des stades démontables pour de très grands événements comme les JO. " Les tentes pourraient ainsi, selon les estimations de l'entreprise, accueillir jusqu'à 12.000 personnes et seraient donc facilement démontables une fois l'événement terminé. " Lorsque l'on voit les stades à Rio aujourd'hui qui ne sont plus exploités car trop grands et trop chers, cela pourrait être une solution. " Arnaud Martin