Du 21 au 24 juin, la Fête de la Musique propose en Fédération Wallonie-Bruxelles un vaste panel de concerts, généralement de plein air.
...

Du 21 au 24 juin, la Fête de la Musique propose en Fédération Wallonie-Bruxelles un vaste panel de concerts, généralement de plein air. A Marche-en-Famenne, on pointe le 22 juin la pop cristalline de Sonnfjord et l'électro de Soldout, qui a annoncé sa dernière année d'existence. Et Suarez le 23. Namur ouvre ses portes à la production francophone (l'excellent duo Alaska Gold Rush) et invite, le 23 juin, Gruppo di Pawlowski, emmené par le déconcertant Anversois du même nom dans un charmant répertoire underground. L'offensive liégeoise du 21 au 24 juin s'annonce massive, mettant une vingtaine de lieux sous perfusion musicale... mais, bizarrement, avec un maximum de groupes peu connus ! Il ne faudra pas rater Typh Barrow à Philippeville le 23 juin, pas plus que le duo féminin du moment, Juicy, le 24 au centre culturel d'Izel, qui invite aussi Jérôme Mardaga. Autres artistes intéressants ? Sharko, emmené par un David Bartholomé très remonté, le 24 juin à Braine-le-Comte. Ou encore les Bruxello-Colombiens de La Chiva Gantiva le 21 juin à Caliente ! , nom donné à Charleroi à la Fête de la Musique. Le classique fait naturellement partie de la fête, que ce soit via quatre jeunes artistes invités le 23 juin au Philharmonique de Liège ou la prestation du Belgian National Orchestra à Bozar et à l'Auditorium Jacques Brel d'Anderlecht les 21 et 22 juin. Tout aussi traditionnellement, le parc du Cinquantenaire constitue le point d'orgue de l'événement. Pour la cinquième année consécutive, deux scènes s'installent les 23 et 24 juin dans les 30 hectares partagés entre Etterbeek et Bruxelles-Ville. Si on y relève la présence de la diva soul britannique Hannah Williams ou du Tout Puissant Orchestre Poly-Rythmo, de Cotonou, les locaux trustent la vedette avec un contingent national formé entre autres de Baloji, Belgo-Congolais accompagné d'un groupe super performant, du rock alternatif de BRNS, de la fine pop arabisante de Jawhar ou des sonorités très 2018 de FuGu Mango et Sonnjford.