Depuis 1768, le Château de Seneffe, en Hainaut, projette une idée forte de l'architecture néoclassique. Celle qui, fuyant le rococo, réépousa les lignes gréco-romaines. Pas pour rien qu'en pénétrant dans la cour du domaine - et ses pavés qui font mal aux pieds - on croise des statues burinées qui fleur...

Depuis 1768, le Château de Seneffe, en Hainaut, projette une idée forte de l'architecture néoclassique. Celle qui, fuyant le rococo, réépousa les lignes gréco-romaines. Pas pour rien qu'en pénétrant dans la cour du domaine - et ses pavés qui font mal aux pieds - on croise des statues burinées qui fleurent bon l'Antiquité. La visite de Seneffe se partage entre des expos payantes et les 22 hectares d'un splendide parc libre d'accès. La première proposition donne à voir les collections qu'abrite le château: donations, legs, dépôts et acquisitions. Sous l'impulsion du banquier fortuné Julien Depestre et de son épouse Isabelle Cogels, et de leurs descendants, s'y est en effet constituée une impressionnante collection de pièces d'argenterie, peintures, sculptures, mobilier, archives et autres témoins précieux du temps qui file. Subjectivement, on préfère se promener dans les vastes jardins partiellement boisés, où la nature est parfois libre, parfois domestiquée. D'autant que dans ce qui constitue l'une des plus belles visites nature/culture de Wallonie, Seneffe invite toujours à découvrir diverses oeuvres en plein air. On est impressionné par Monsieur Plant, sculpture greffée sur un arbre comme un baiser organique, ou encore ces personnages étranges signés Clarisse Griffon du Bellay. Sans oublier le décalage des créations 3D d'Elodie Boutry ( photo), royalement installées sur la pelouse à l'arrière du château.