Bâtiment emblématique de Saint-Gilles, inauguré en 1905, l'Aegidium a accueilli le siècle passé les plus belles fêtes bruxelloises. Pourtant, aujourd'hui, le grand public a plus ou moins oublié cet espace de 4.500 m2 laissé à l'abandon depuis 1985 et qui se cache derrière les numéros 16 et 18 du parvis de Saint-Gilles.
...

Bâtiment emblématique de Saint-Gilles, inauguré en 1905, l'Aegidium a accueilli le siècle passé les plus belles fêtes bruxelloises. Pourtant, aujourd'hui, le grand public a plus ou moins oublié cet espace de 4.500 m2 laissé à l'abandon depuis 1985 et qui se cache derrière les numéros 16 et 18 du parvis de Saint-Gilles. Plus de 30 ans plus tard, le lieu trouve enfin des repreneurs avec un véritable projet pour à nouveau ancrer le lieu dans son environnement saint-gillois. Le bâtiment est racheté, pour " plusieurs millions d'euros ", par une association (à 50/50) entre la start-up Cohabs (fondée en avril 2016), spécialiste des logements collectifs pour jeunes branchés, et la société d'investissement Alphastone. Surprenant pari que celui de Cohabs, derrière laquelle on retrouve une équipe de jeunes trentenaires bruxellois audacieux. " Nous souhaitions trouver un lieu où nous pourrions créer un espace qui réponde à notre philosophie de lieu multifonctionnel et collaboratif, explique Youri Dauber, cofondateur et CEO de Cohabs. Quand on a entendu que l'Aegidium était à vendre, nous sommes allés le visiter et sommes tombés littéralement sous le charme de l'endroit et de son architecture intérieure. On n'imagine pas, depuis le parvis, que se cache ici un joyau tel que l'Aegidium. On a décidé de s'y lancer et nous sommes associés à Alphastone car, seuls, nous n'avions pas les reins assez solides. " C'est que l'Aegidium avait déjà attiré plusieurs investisseurs qui n'ont finalement jamais réussi à aller au bout du projet. Il faut dire que le lieu est classé, ce qui implique de lourdes contraintes en matière de restauration. L'Aegidium est, en effet, dans un état proche du délabrement après des années d'inoccupation. Les nouveaux acquéreurs prévoient une série de travaux de rénovation et de restauration dès le mois de janvier. Si les acquéreurs restent discrets sur le montant déboursé pour mettre la main sur le lieu, ils avancent un montant compris entre 5 et 7 millions d'euros pour la réalisation des travaux. Pour cela, l'équipe s'est entourée de l'architecte d'intérieur Lionel Jadot (à qui l'on doit la déco du Jam Hotel et du Glacier Gaston Bruxelles et qui est, depuis peu, associé dans Cohabs) et de plusieurs architectes de renom : Sébastien Cruyt du bureau Synergy (restauration de la Chapelle Reine Elisabeth), Christian Sibilde de DDS+ et Jean de Salle de Cooparch-R.U. Les rénovations du lieu se feront par phases. Elles commenceront par la restauration, dès janvier, de l'avant du bâtiment, à savoir l'immeuble néoclassique en front de parvis qui cache le complexe situé à l'arrière et qui dispose d'accès via les rues de Moscou et de la Forge. L'objectif de Cohabs et Alphastone consiste à ouvrir l'avant du bâtiment dès le mois de juin et enchaîner avec les autres parties du complexes par la suite. Sur papier, le pari des repreneurs ne manque pas d'intérêt. Les nouveaux propriétaires de l'Aegidium comptent faire renaître le bâtiment et le transformer en un " lieu de rencontres et d'échanges pour les entrepreneurs, les artistes et les innovateurs ". L'association Cohabs/ Alphastone nourrit l'ambition de faire de l'Aegidium, autrefois aussi baptisé Panthéon Palace, un espace multifonctionnel, sorte de labo urbain pour " ouvrir le lieu aux nouvelles façons de vivre et de collaborer ", nous glissent les porteurs du projet. Concrètement, l'Aegidium regroupera, à cette fin, plusieurs espaces différents : logements, espace culturel, restauration, espaces d'étude (bibliothèque), etc. Pour cela, Cohabs et Alphastone ont déjà signé plusieurs partenariats. La restauration pourrait bien être concédée au chef Damien Bouchéry (restaurant Bouchéry), les espaces communautaires et d'étude seront gérés par les propriétaires des espaces partagés Silversquare, la magnifique salle de spectacles (400 places) sera essentiellement gérée par Juste Pour Rire, à qui l'on doit la production d'artistes comme Alex Vizorek, etc. Un fab lab (laboratoire de fabrication) sera concédé à Inkut Lab et une bibliothèque le sera à l'ASBL Lazard. Bien sûr, les logements seront gérés par Cohabs, cette jeune start-up qui détient déjà 220 chambres réparties dans 11 bâtiments. Au total, une petite trentaine de chambres seront mises en location à l'Aegidium. Quand toutes les rénovations seront réalisées, le bâtiment mythique du parvis de Saint-Gilles devrait accueillir plusieurs centaines de personnes par jour. De quoi redonner un nouveau souffle au quartier qui, à ce jour, demeure en pleine restauration.