Rory McIlroy a renoué avec la victoire en s'adjugeant le prestigieux Players Championship, souvent considéré comme le virtuel cinquième Major de la saison. Après plus d'un an de disette, le champion nord-irlandais a sorti le grand jeu sur le parcours floridien du TPC Sawgrass pour s'offrir le 15e sacre de sa carrière sur le PGA Tour. Le jour de la Saint-Patrick ! Habitué aux places d'honneur depuis le début de l'année, il a, cette fois, porté l'estocade grâce notamment à un dernier tour très solide. Voilà qui devrait lui inculquer une belle dose de confiance à moins d'un mois du Masters d'Augusta dont il est désormais le grand favori.

Enfant prodige du golf, Rory McIlroy a signé un début de carrière exceptionnel. A 25 ans, il avait déjà accroché à son tableau de chasse un US Open (2011), deux USPGA (2012 et 2014) et un British Open (2014). A cette époque, le grand Tiger Woods en faisait, lui-même, son probable successeur. Depuis cinq ans, toutefois, son compteur en Grand Chelem reste pourtant curieusement bloqué. Plusieurs fois, il s'est retrouvé idéalement placé à l'aube du dernier tour. Mais il n'a plus réussi à sceller sa domination. Au Masters - le seul Major qui manque à son palmarès - il semble même touché par une véritable malédiction. Nul n'a oublié sa terrible défaillance de 2011. Largement en tête au départ de la dernière journée, il s'était écroulé sur les neuf derniers trous, écrasé par le poids de l'événement. Et, depuis, il ne parvient pas à vaincre le signe indien, un peu comme s'il souffrait d'une curieuse allergie récurrente aux parfums bucoliques de l'Augusta National. L'an passé encore, alors qu'il pointait en deuxième position après trois tours, il avait cédé sous la pression, laissant la victoire finale à Patrick Reed.

Le Masters est le seul tournoi du Grand Chelem qu'il n'a jamais remporté.

" Il me reste au moins une quinzaine d'années pour espérer revêtir la green jacket " ironise-t-il, conscient que le golf est souvent une question de patience. Il n'empêche : Rory McIlroy sait qu'un titre à Augusta pourrait le faire entrer un peu plus dans l'histoire de son sport. C'est peut-être d'ailleurs pour mieux se concentrer sur ce défi qu'il a décidé, depuis le début de l'année, de se produire essentiellement sur le circuit américain. Marié à une Américaine et installé en Floride, il ne joue quasiment plus qu'aux Etats-Unis. " J'ai beaucoup d'estime pour l'European Tour mais il faut se rendre à l'évidence : c'est sur le PGA Tour que l'on affronte les meilleurs joueurs du monde et que l'on marque le plus grand nombre de points pour les classements mondiaux. "

De son propre aveu, Rory McIlroy, 29 ans, n'a sans doute jamais aussi bien touché la balle. Son titre au Players Championship prouve qu'il a fait le bon choix et pourrait lui servir de tremplin pour enfin conquérir Augusta. A condition, bien sûr, que son mental tienne sur l'Amen Corner.