A priori, le Musée royal de Mariemont se concentre sur la préservation du patrimoine, dans la lignée des collections léguées par Raoul Warocqué (1870-1917), industriel bruxellois, libéral progressiste et franc-maçon. On dépasse ce paradigme avec Bye Bye F...

A priori, le Musée royal de Mariemont se concentre sur la préservation du patrimoine, dans la lignée des collections léguées par Raoul Warocqué (1870-1917), industriel bruxellois, libéral progressiste et franc-maçon. On dépasse ce paradigme avec Bye Bye Future ! L'art de voyager dans le temps, exposition qui examine, au fil des siècles, la manière dont les nombreuses visions de " futurs alternatifs " se sont manifestées. Autrement dit, comment le passé a imaginé d'ultérieurs déplacements dans l'espace-temps. Une centaine d'oeuvres raconte donc la saga sur ce terrain sans cesse mouvant, via les fantasmes et les préoccupations d'artistes aussi différents que Stéphane Halleux, Wim Delvoye, Fred Biesmans ou encore Katia Bourdarel. Avec un côté pop totalement assumé et tout un pan du musée consacré aux robots et aux héros de l'enfance. Sur une scénographie de l'architecte Sébastien Faye, l'utopiste Luc Schuiten - frère du dessinateur François - conçoit des mondes où il fait bon rêver au meilleur. Avec, pour cette expo de Mariemont, un choix perso sur le travail de Pierre & Gilles. Duo parisien dont le côté onirique, spirituel et érotique, a indéniablement créé une vision du futur apparentée à un spectaculaire culte glamour.