Situé sur la place de Ménilmontant à Belleville, Dilia est l'un de ces petits bistrots parisiens dont on rêve. A la barre de cette jeune adresse prometteuse, on retrouve le Toscan Michele Farnesi. Armé de belles références (il est passé par l'ancien Rino de Giovanni Passerini ou le Thoumieux de Jean-Franço...

Situé sur la place de Ménilmontant à Belleville, Dilia est l'un de ces petits bistrots parisiens dont on rêve. A la barre de cette jeune adresse prometteuse, on retrouve le Toscan Michele Farnesi. Armé de belles références (il est passé par l'ancien Rino de Giovanni Passerini ou le Thoumieux de Jean-François Piège), le jeune chef propose différentes formules au déjeuner (à partir de 17 euros) et au dîner (à partir de 48 euros) plus que recommandables. On a adoré le gnoccho fritto farci au maquereau en guise de mise en bouche. Ou l'élégante barbue, proposée au printemps dernier avec des asperges vertes, des jeunes oignons, des agretti (une sorte de salicorne de montagne) et un beurre au sureau. Si les tortellini d'agneau à la poutargue et à la rhubarbe, au goût intense, étaient diablement intéressants, leur bouillon de camomille apportait malheureusement une note d'amertume trop prononcée. Par contre, merveilleusement cuit (cuisse confite et poitrine rôtie sur carcasse), le pigeon breton était superbement mis en valeur par la sobriété des accompagnements de saison : asperges blanches, arroche, pesto de noisettes et groseilles rouges. Pleine de vigueur jusqu'au dessert (baba, espuma amande et fraises), la cuisine du Dilia peut également compter sur le talent de Derrick, jeune sommelier passé par le Clamato et La Cave Septime, qui concocte une sélection de vins plutôt nature qui vaut le détour, où l'on voyage entre la France et l'Italie.