Le problème, local au départ, est aujourd'hui devenu affaire de gouvernement avec une action intentée par notre pays devant le tribunal administratif de Lille. C'est même devenu une affaire européenne depuis l'annonce par notre ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, du dépôt d'une plainte contre la France auprès de la Commission européenne. En cause...

Le problème, local au départ, est aujourd'hui devenu affaire de gouvernement avec une action intentée par notre pays devant le tribunal administratif de Lille. C'est même devenu une affaire européenne depuis l'annonce par notre ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, du dépôt d'une plainte contre la France auprès de la Commission européenne. En cause, la volonté d'EDF de construire en partenariat avec l'allemand Innogy et l'américain Enbridge, à 10 km au large de Dunkerque, un parc de 46 éoliennes qui devrait entrer en fonction en 2027 et alimenter en énergie près d'un million d'habitants, soit un tiers environ de la population du département du Nord. Les hélices de ces éoliennes géantes culmineront à 300 mètres (la hauteur de la tour Eiffel) et seront reçues par les vacanciers de nos stations balnéaires comme autant de coups de poing dans le paysage. Not in the front of my beach, ont depuis longtemps fait savoir les bourgmestres de Nieuport, Coxyde et La Panne. Les éoliennes implantées dans nos eaux territoriales, au large de Knokke, enrage déjà Bram Degriek, bourgmestre de La Panne. Elles sont distantes de nos côtes de 23 km. Leur hauteur ne dépasse pas 158 mètres et pourtant, elles sont visibles depuis la côte. Outre cette pollution visuelle, le projet français est, selon Vincent Van Quickenborne, de nature à bloquer les routes maritimes historiques entre Ostende et le Royaume-Uni. Il constitue une menace pour la sécurité du trafic de la base militaire de Coxyde ainsi qu'une gêne pour les opérations de sauvetage dans notre espace aérien. Pragmatique, notre ministre de la Justice, qui est aussi ministre de la Mer du Nord, avait proposé une "solution à la belge", des éoliennes un peu plus petites et plus éloignées de nos côtes, mais il s'est heurté à un veto français.