Des allées clairsemées, des espaces laissés béants par les exposants absents. Le CES (Consumer Electronic Show) 2022, cette grand-messe de l'innovation technologique qui s'est tenue à Las Vegas du 5 au 7 janvier, n'a pas réuni les masses de fidèles que l'on pouvait croiser les années d'avant la crise pandémique. Pourtant, malgré la vague omicron qui a poussé Meta (Facebook), Google, Twitter, Microsoft et de nombreux autres à rester à la maison, quelques tendances spectaculaires, surprenantes ou amusantes se sont détachées. Oui, la technologie poursuit sa course folle. Oui, les produits high-tech seront encore plus immersifs, flexibles et axés sur l'assistance cette année.
...

Des allées clairsemées, des espaces laissés béants par les exposants absents. Le CES (Consumer Electronic Show) 2022, cette grand-messe de l'innovation technologique qui s'est tenue à Las Vegas du 5 au 7 janvier, n'a pas réuni les masses de fidèles que l'on pouvait croiser les années d'avant la crise pandémique. Pourtant, malgré la vague omicron qui a poussé Meta (Facebook), Google, Twitter, Microsoft et de nombreux autres à rester à la maison, quelques tendances spectaculaires, surprenantes ou amusantes se sont détachées. Oui, la technologie poursuit sa course folle. Oui, les produits high-tech seront encore plus immersifs, flexibles et axés sur l'assistance cette année. Chaque édition du CES a son buzz-word. Celui qui, c'est sûr, va déferler sur le monde. Après les télés 3D ou la maison connectée, voici donc le métavers. Ou plutôt le "bétavers" à ce stade. Car dans la foulée de Mark Zuckerberg qui rêve de nous faire basculer dans un internet en 3D, tout le monde se positionne, sans vraiment parvenir à expliquer pourquoi. Sauf à ne pas rater la fusée si elle décolle. Or, qui dit immersion, dit sensations. Voilà pourquoi nombreux sont les nouveaux accessoires, déjà produits ou en chantier, qui ambitionnent de nous laisser sentir et toucher le virtuel. Sony travaillerait sur un procédé permettant d'importer un objet réel dans les jeux vidéo à l'aide d'un scanner 3D. Cette nouvelle technologie pourrait être intégrée au PSVR 2, le futur système de réalité virtuelle de Sony et PlayStation dévoilé au CES. PebbleFeel, de Shiftall, un harnais qui se porte sur le dos, permet quant à lui de ressentir le chaud et le froid. OVR technology ajoute l'odorat à la réalité virtuelle, avec neuf cartouches olfactives recréant des dizaines de senteurs, comme du bois qui brûle ou un marshmallow rôti. Les Français d'Actronika vont lancer en mars leur veste haptique Skinetic qui, avec ses 20 petits moteurs, promet de simuler l'impact de balles ou de gouttes de pluie. Les Espagnols d'Owo, eux, reproduisent même l'intensité variable d'un câlin... Mais encore faut-il maintenant que Meta (Facebook), Apple, Google, Microsoft et tous les autres créateurs de métavers proposent quelque chose de réellement concret, utile, offrant des expériences sécurisées. Autre tendance fortement de retour: les lunettes connectées. Pourquoi investir dans un écran XXL alors que l'on peut regarder n'importe quel contenu depuis ce genre d'accessoires? C'est le pari que lance le fabricant chinois d'écrans TCL. A la fin juin 2021, TCL dévoilait déjà ses lunettes NXTWEAR G, permettant à l'utilisateur de profiter (virtuellement) d'un écran de 140 pouces de diagonale installé juste devant ses yeux. En ce début d'année 2022, TCL officialise une nouvelle version de son produit avec la déclinaison AIR, qui vient corriger quelques tares du premier modèle. Avec un confort, une ergonomie et un design améliorés, ces jolies lunettes sont dotées d'écrans micro-Oled compatibles 1080 p signés Sony et de petits haut-parleurs stéréos. Dépourvues de batteries, elles restent alimentées via USB Type-C au travers du smartphone (ou de l'ordinateur) auquel elles sont reliées. La firme chinoise Oppo, quant à elle, a annoncé ses premières lunettes à réalité augmentée, qui seront commercialisées en Chine au premier trimestre 2022 et sans doute dans la foulée en Europe. D'un poids de 30 grammes, les Air Glass sont dotées d'une petite branche avec un micro-projecteur Micro Led capable de projeter du texte et des images sur le verre. Une barre tactile au niveau des oreilles, un micro-projecteur efficace, une adaptation aux personnes ayant des déficiences visuelles (myopes ou hypermétropes) et pilotable de quatre manières différentes - le toucher, la voix, les mouvements de la main et les gestes de la tête: le moins que l'on puisse dire, c'est que la technologie avance vite. Deux ans après avoir sorti un casque pas du tout pratique, Oppo propose un produit qui ressemble enfin à des lunettes de lecture normales. Le tout, avec un design fort original. De son côté, Samsung parie sur l'Odyssey Ark, un écran hors du commun. Ce moniteur, taillé pour le gaming et le multi-tâche, est le plus grand écran de PC incurvé à ce jour. Avec cette dalle Neo Qled, 4K, 55 pouces, incurvée et dotée d'un support qui gère le mode portrait, Samsung parvient à créer une expérience de style "cockpit vertical". L'objet est conçu pour faire tenir plusieurs éléments sur un seul écran, en affichant un jeu en dessous et des discussions vidéo au-dessus, par exemple. Equipé d'un support inclinable et réglable en hauteur, il permet en outre de passer du mode paysage au mode portrait, une première sur un moniteur de cette taille. Plusieurs constructeurs automobiles ont également présenté leurs prototypes à Las Vegas. Le directeur général de Sony a annoncé que la société allait lancer une nouvelle entreprise pour "explorer l'entrée" sur le marché des véhicules électriques, avec une filiale Sony Mobility qui ouvrira au printemps. BMW est venu avec une voiture équipée de la technologie E Ink qui peut changer de couleur en appuyant sur un bouton ( lire "Trends-tendances" de la semaine dernière), tandis que Mercedes-Benz a dévoilé une voiture électrique d'une autonomie de 1.000 km, alimentée par des panneaux solaires sur son toit. Si aujourd'hui, les constructeurs automobiles préfèrent s'exposer dans les salons tech plutôt qu'à Genève ou au Heysel, c'est en effet pour une raison simple: la voiture électrique devient un hub connecté au sein duquel priment le confort, les écrans et la sécurité des passagers. Parmi les concepts prometteurs qui s'affinent d'année en année, il y a celui d'injecter des informations utiles à la conduite directement sur votre parebrise, en réalité augmentée. Commercialisant déjà une solution de GPS intégré à la visière d'un casque, à hauteur de pupille, la start-up toulousaine EyeLights vient de dévoiler l'EyeRide, technologie qui permet de garder les bonnes distances de sécurité ou de signaler la présence de cyclistes et piétons dans les angles morts, tout en restant concentré sur la route. Le produit, déjà commercialisé pour les motos, pourrait rapidement se retrouver sur les modèles de série. Renault vient d'ailleurs d'annoncer un partenariat avec Eyelights. Pionnier de la santé connectée, la société française Withings pousse un cran plus loin le concept de balance connectée. Attendue fin 2022 à 299 euros, Body Scan pourra vous peser, prendre vos constantes habituelles mais ajoute à cela les fonctions d'un véritable scanner corporel, transformant la traditionnelle pesée du matin en un bilan de santé complet. Cette balance effectuera des mesures bien plus précises, par exemple un électrocardiogramme à six dérivations. Elle pourra en outre différencier la masse grasse et musculaire de chaque partie du corps, réaliser un bilan cardiaque, vous donner l'âge de vos artères et détecter des neuropathies. Pour affiner ces mesures, Body Scan possède une poignée rétractable qu'il suffit de tirer lorsque l'on se pèse. Elle intègre par ailleurs quatre électrodes qui permettent au courant de circuler dans tout le corps et non plus uniquement le bas. C'est ce que l'on appelle la segmentation. "Ces informations seront disponibles sur l'écran de la Body Scan, ainsi que dans notre application qui va être entièrement repensée et qui sera en mesure d'alerter l'utilisateur selon les risques détectés par la balance, confie Mathieu Letombe, directeur général de Withings. Plus encore, une interface patient-médecin permettra aux praticiens de recevoir un lien sécurisé pour accéder aux données de leur patient. On ne sait pas encore si cet accès sera ponctuel ou permanent." En cours de validation auprès des diverses autorités de santé, le Body Scan devrait permettre au constructeur français de jouer à fond la carte de la prévention vis-à-vis de ses utilisateurs, mais aussi démocratiser la télémédecine. "Pourquoi ne pas imaginer que lors d'une visite de contrôle, votre médecin dispose des résultats de six mois de pesée, avec un historique de mesures très précis?" interroge Mathieu Letombe. Et d'insister: "La télémédecine a fait un bond avec la pandémie et ne reviendra pas en arrière! Notre espoir est que dans deux ans, elle entre vraiment dans les moeurs. Nous travaillons quotidiennement avec des cardiologues, des neurologues qui, eux, se disent prêts". Mais le gadget de santé le plus inattendu présenté au CES est probablement le Movano, une bague connectée qui pourrait sauver des vies. Grâce à ses biocapteurs, cet anneau pourra recueillir diverses informations sur votre état de santé et surveiller de près certaines maladies chroniques. Il pourra compter vos pas, estimer le nombre de calories brûlées, mesurer votre rythme cardiaque, votre température corporelle, votre taux d'oxygène dans le sang ou encore calculer la qualité du sommeil. L'appli donne des résumés simples, avec des comparatifs qui permettent de déceler tout de suite une éventuelle anomalie. Parmi les autres pépites de la bague intelligente, on retrouve Circular. La start-up française, basée à Paris, propose un anneau intelligent de quatre grammes, doté également de biocapteurs qui fonctionnent aussi bien de jour comme de nuit. Connecté à une application mobile, il analyse les signaux vitaux de l'utilisateur, afin de lui offrir des recommandations personnalisées qui viendront réguler son sommeil, adapter son activité et optimiser sa santé. Alors qu'on la pensait réservée à des hommes de l'ombre comme l'agent 007, la bague intelligente pourrait donc, à l'instar de la montre connectée, devenir le nouveau phénomène de la healthtech avant la fin de cette année.