La Commission européenne a frappé fort, très fort. Les services européens de la Concurrence ont, en effet, infligé une amende de 997 millions d'euros à Qualcomm, le fabricant américain de puces et de microprocesseurs, pour abus de position dominante dans le domaine de l'électronique grand public. C'est la troisième plus forte sanction pour un abus du genre après les 2,42...

La Commission européenne a frappé fort, très fort. Les services européens de la Concurrence ont, en effet, infligé une amende de 997 millions d'euros à Qualcomm, le fabricant américain de puces et de microprocesseurs, pour abus de position dominante dans le domaine de l'électronique grand public. C'est la troisième plus forte sanction pour un abus du genre après les 2,42 milliards demandés à Google et l'amende de 1,06 milliard imposée à Intel. " L'entreprise a versé des milliards de dollars à un client majeur, Apple, pour que celui-ci ne s'approvisionne pas auprès de ses concurrents, a expliqué la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager. Ces paiements n'étaient pas de simples réductions de prix, mais étaient effectués à la condition qu'Apple utilise exclusivement des chipsets de bande de base de Qualcomm dans tous ses iPhones et ses iPads. " Toujours selon la commissaire, " Qualcomm a de cette manière illégalement évincé ses concurrents du marché des chipsets de bande de base LTE pendant plus de cinq ans, consolidant ainsi sa position dominante sur le marché ". La Commission européenne enquête, depuis 2015, sur Qualcomm dont l'une des activités est de vendre aux fabricants de smartphones des modems qui permettent aux appareils de se connecter aux réseaux mobiles. Le contrat en question, signé avec Apple en 2011, s'est achevé en 2016. Depuis, Apple utilise également des modems produits par Intel. Ce n'est pas la première fois que le fabricant américain est mis à l'amende pour pratiques anticoncurrentielles. Tant la Chine que la Corée du Sud l'ont déjà sanctionné. Et il est aussi sous le coup d'une enquête de la Federal Trade Commission, agence américaine de protection des consommateurs, pour des motifs similaires. Qualcomm, visé par une offre hostile de Broadcom, conteste les charges et est bien décidé à faire appel.