Aux Etats-Unis, la crise des opiacés continue de faire des ravages. Selon les experts, ces analgésiques puissants provoqueraient, en termes de morts, l'équivalent d'un 11 Septembre toutes les trois semaines. Des produits très efficaces mais aussi très addictifs et très dangereux en cas d'overdose. En 2017, Donald Trump avait décrété l'état d'urgence national pour dé-samorcer cette cris...

Aux Etats-Unis, la crise des opiacés continue de faire des ravages. Selon les experts, ces analgésiques puissants provoqueraient, en termes de morts, l'équivalent d'un 11 Septembre toutes les trois semaines. Des produits très efficaces mais aussi très addictifs et très dangereux en cas d'overdose. En 2017, Donald Trump avait décrété l'état d'urgence national pour dé-samorcer cette crise sanitaire majeure. Purdue Pharma est l'une des cibles. La compagnie a mis l'OxyContin sur le marché en 1996, un dérivé de l'oxycodone censé créer moins de dépendance. En plus de 20 ans, il aurait généré plus de 35 milliards de dollars de revenus. Purdue Pharma appartient à la famille Sackler. Une famille très connue dans le monde de l'art en tant que mécène des plus grands musées du monde : Le Louvre, la Tate Gallery et le British Museum à Londres, le Guggenheim et le Metropolitan Museum à New York. De vénérables institutions très embarrassées depuis la semaine dernière et l'annonce d'une plainte déposée par l' attorney general de l'Etat de New York auprès de la Cour suprême de l'Etat. Elle complète une plainte précédente pour marketing agressif et minimisation des risques d'addiction en y ajoutant l'étiquetage frauduleux et mensonger, le non-respect de la législation et l'absence de monitoring des doses fournies. Elle attaque aussi des distributeurs chargés de fournir les médicaments aux pharmacies. Très expurgée dans sa version publique, cette plainte prétend aussi que les Sackler, se sachant dans le collimateur, ont sciemment organisé la fuite de capitaux pour les mettre hors d'atteinte en cas de condamnation. Début de la semaine dernière, Purdue avait déjà passé un accord à l'amiable avec l'Etat de l'Oklahoma et versé 270 millions de dollars d'amende pour marketing agressif et mensonger. Au niveau fédéral, 1.600 autres affaires de ce genre sont déjà actives, sans oublier les plaintes de 36 Etats américains, dont New York.