Le nouveau-né s'appelle Banx. Et les parents (Proximus et Belfius) sont très heureux d'annoncer son arrivée. Cette banque en ligne est la première réalisation concrète issue du partenariat inédit entre deux poids lourds de leurs secteurs respectifs. "Nous avons vérifié, c'est une première mondiale, se réjouit Marc Raisiè...

Le nouveau-né s'appelle Banx. Et les parents (Proximus et Belfius) sont très heureux d'annoncer son arrivée. Cette banque en ligne est la première réalisation concrète issue du partenariat inédit entre deux poids lourds de leurs secteurs respectifs. "Nous avons vérifié, c'est une première mondiale, se réjouit Marc Raisière, CEO de Belfius. C'est le fruit d'un rapprochement entre deux marques puissantes, technologiques et innovantes." Sans vraiment le dire, cette nouvelle solution bancaire s'adresse aux digital natives, à la génération des clients habitués à tout faire avec leur smartphone. Dans son offre de base (gratuite à condition d'effectuer cinq transactions par mois), le client a accès à un compte en ligne via l'application et à une carte bancaire. En options (payantes), il peut ouvrir d'autres comptes (individuels et communs), obtenir une carte de crédit et accéder à des formules d'investissement "durables". L'offre a été imaginée par l'opérateur télécom. Mais derrière la marque Banx, c'est Belfius qui est aux manettes. Les deux partenaires insistent sur le côté local de leur initiative. "Proximus est un opérateur de confiance, en contact avec plus de 50% des citoyens belges, rappelle son CEO Guillaume Boutin. Nous voulons devenir le chef d'orchestre de l'ensemble de leurs produits digitaux. Nous n'avons pas peur de nous confronter aux géants du net." En l'occurrence, avec Banx, Proximus et Belfius se profilent surtout sur le terrain des néo-banques, ces acteurs 100% digitaux qui bousculent le secteur bancaire.