Et une bonne nouvelle de plus pour l'écosystème wallon des biotechnologies ! Promethera vient d'annoncer l'acquisition de la firme suisse Baliopharm, spécialisée dans le développement de traitements à base d'anticorps contre les maladies inflammatoires auto-immunes (polyarthrite, Crohn, sclérose en plaques) et le cancer.
...

Et une bonne nouvelle de plus pour l'écosystème wallon des biotechnologies ! Promethera vient d'annoncer l'acquisition de la firme suisse Baliopharm, spécialisée dans le développement de traitements à base d'anticorps contre les maladies inflammatoires auto-immunes (polyarthrite, Crohn, sclérose en plaques) et le cancer. Nous ne sommes là ni dans la thérapie cellulaire ni dans les maladies du foie. Pourquoi donc ce rachat ? Chez Promethera, on est convaincu que les anticorps de Baliopharm peuvent se combiner avec les thérapies cellulaires de Promethera pour constituer " une option de traitement améliorée pour les patients souffrant de stéatohépatite non alcoolique et éventuellement d'autres maladies sévères du foie ". Le président et CEO de Promethera Bio-sciences, John Tchelingerian, ne fait pas mystère de son ambition de devenir le leader dans cette niche thérapeutique. Ce n'est pas la première fois qu'il opte pour la croissance externe à cette fin. En 2016, Promethera avait en effet racheté son concurrent américain Cytonet. Les deux firmes ne souhaitent pas communiquer sur les conditions financières de la transaction. Elles précisent toutefois que Promethera vient de lever 9,3 millions d'euros supplémentaires auprès d'investisseurs suisses liés à Baliopharm (HNWI) ainsi que des japonais Shibuya et Shinsei. En 2016, deux groupes japonais et un sud-coréen étaient déjà entrés dans le capital de Promethera. Les actionnaires historiques (outre les fondateurs, Vesalius, SRIW, Fund+, Ingelheim VF, Boehringer) ont également participé à l'opération. Selon L'Echo, une autre augmentation de capital, beaucoup plus substantielle, est attendue dans les prochains mois afin d'encore " accélérer la progression du pipeline clinique ". Avant une entrée en Bourse ? " A court terme, nous ne nous inscrivons pas dans une logique d'IPO, répond John Tchelingerian. La Bourse n'est actuellement pas un parcours facile pour les biotechs. Mais nous restons prêts à sauter le pas si une opportunité se présente. "