Vu la faible différence entre la taxation à l'impôt des sociétés et à l'impôt des personnes physiques, l'élément fiscal n'est plus l'élément majeur pour lequel il est intéressant de constituer une société de management (la société exerce l'activité de dirigeant préalablement exercée en personne physique) ou une société dite professionnelle (constituée par des titulaires de professions libérales). Par contre, recourir à une structur...

Vu la faible différence entre la taxation à l'impôt des sociétés et à l'impôt des personnes physiques, l'élément fiscal n'est plus l'élément majeur pour lequel il est intéressant de constituer une société de management (la société exerce l'activité de dirigeant préalablement exercée en personne physique) ou une société dite professionnelle (constituée par des titulaires de professions libérales). Par contre, recourir à une structure sociétaire pour travailler reste avantageux sur le plan social, sachant qu'il est possible de faire l'économie de cotisations de sécurité sociale dans le chef de l'ancien employeur : la rémunération attribuée au salarié soumise à des cotisations de sécurité sociale étant remplacée par une rémunération versée à la société de management dont le dirigeant cotise en tant qu'indépendant. Autre avantage : la possibilité pour celui qui passe en société de se faire rémunérer via le versement de dividendes, certes soumis au précompte mobilier (30%) mais non soumis à des cotisations sociales Inasti. Enfin, il est possible de mettre en oeuvre des plans de rémunérations différés (assurance dirigeant, d'entreprise, EIP). Et cerise sur le gâteau, cela permet de travailler au-delà de l'âge légal de la pension lorsqu'on est salarié. Par ailleurs, la société de management peut constituer un outil intéressant sur le plan patrimonial en matière de gestion de fortune ou de planification successorale lorsqu'il s'agit par exemple de mettre un immeuble à l'abri du risque entrepreneurial (la société détient le bien immobilier) ou de répartir des parts entre héritiers d'une affaire familiale. Constituer une société de management permet enfin d'imaginer une opération par laquelle une société d'exploitation est reprise par une société de management (qui fait alors office de société holding). Elle perçoit alors une rémunération (les fameux management fees actuellement dans le collimateur du fisc) destinée à financer le coût d'acquisition de la société d'exploitation. Le tout permet d'optimiser les flux de rémunérations entre deux sociétés de sorte que l'une voit sa base imposable diminuer et l'autre bénéficie d'un taux de taxation faible.