La mondialisation est là, qu'on le veuille ou non. Et elle crée de la prospérité au niveau mondial ainsi que des évolutions positives grâce à l'échange croissant d'idées, de personnes, de biens et de technologies. Ainsi, dans di...

La mondialisation est là, qu'on le veuille ou non. Et elle crée de la prospérité au niveau mondial ainsi que des évolutions positives grâce à l'échange croissant d'idées, de personnes, de biens et de technologies. Ainsi, dans divers secteurs, est née une spécialisation de haut niveau et un commerce mondial de produits de haute qualité. Mais la mondialisation présente également des inconvénients. Certains pays ne sont pas capables de soutenir la concurrence. Et l'impact sur l'environnement s'accroît. Cependant, il est préférable de ne pas s'opposer à la mondialisation, mais plutôt de la soutenir et de la guider. Par exemple, en signant des accords commerciaux. Récemment, il y a une tendance à se concentrer davantage sur les accords bilatéraux plutôt que sur des accords multilatéraux. C'est ainsi qu'est né l'accord commercial entre l'UE et le Canada (CETA) et celui entre l'UE et le Japon (et il est également question d'un accord entre l'UE et le Mexique, la Corée du Sud, le Brésil, etc.). La signature du grand accord commercial multilatéral TPP a été reportée mais pas annulée. Et l'accord ALENA est en cours de renégociation.