Netflix est devenu un tel acteur que même le théâtre engagé, un rien provoc, y fait volontiers référence. C'est le cas du Théâtre de Poche, connu pour ses créations dépoussiérant le répertoire, qui n'hésite pas à comparer les personnages de la première pièce de sa saison à ceux ...

Netflix est devenu un tel acteur que même le théâtre engagé, un rien provoc, y fait volontiers référence. C'est le cas du Théâtre de Poche, connu pour ses créations dépoussiérant le répertoire, qui n'hésite pas à comparer les personnages de la première pièce de sa saison à ceux de La Casa de Papel. Soit cinq amis d'enfance qui, à l'été 2017, s'introduisent dans une villa du sud de la France pour y vivre une semaine de fête foldingue. Exaltée, la bande finit par mettre le feu à la piscine et à ses alentours... Un an plus tard, rattrapant les fêtards, la justice les condamne à verser la somme de 122.475 euros à la propriétaire de la maison. Sauf que l'obligation est infligée in solidum, considérant tous les condamnés comme solidaires de la dette à rembourser. Ensemble, ces pieds nickelés 2.1 vont donc se lancer dans une série d'activités illicites pour faire rentrer des sous dans les caisses : escroqueries à la petite semaine, traficotages sur le Net, usurpations d'identité, vols plus ou moins aboutis, etc. Jusqu'au jour où le scénario, forcément, tourne au vinaigre. Suite en scène pour cette " start-up de self-made-men en cybercriminalité ", jouée par six jeunes comédiens, tous sortis de l'IAD (Institut des arts de diffusion) et regroupés sous le justement nommé Collectif Solidum...