Cette nouvelle version de la plus familiale des Audi A5 conserve bien sûr ce qui fait les attributs des berlines coupés : la chute du pavillon rapide et les portes sans encadrement.
...

Cette nouvelle version de la plus familiale des Audi A5 conserve bien sûr ce qui fait les attributs des berlines coupés : la chute du pavillon rapide et les portes sans encadrement. L'évolution la plus notable concerne la calandre single frame abaissée mais élargie et le capot bombé tandis que les projecteurs abandonnent leur rondeur pour des lignes plus tendues. Cela lui donne un aspect plus sensuel qui ne révolutionne pas le genre mais le sublime. L'habitacle évolue lui aussi avec nettement moins de boutons, une planche de bord très rectiligne et épurée. De quoi améliorer l'ergonomie, même si le dispositif multimédia MMI demande un temps d'adaptation. L'habitabilité se montre très convaincante, surtout aux places arrière. Seul l'imposant tunnel central pose un problème pour le cinquième passager dont le siège se révèle inconfortable sur un long trajet. La nouvelle A5 Sportback s'est allégée grâce à sa plateforme inédite MLB Evo qu'elle partage avec la dernière A4. Ce qui accroît son agilité sur la route, augmente son dynamisme et permet d'enchaîner plus facilement les virages. L'amortissement avec la suspension pilotée se révèle excellent en toutes circonstances. Qui dit Audi dit forcément transmission Quattro au comportement routier impérial. Le moteur TDI de 190 ch couplé à la boîte S-Tronic à sept rapports convient parfaitement à un usage quotidien. Il séduit par sa discrétion et sa bonne souplesse. L'A5 Sportback propose une armada d'aides à la conduite dernière génération et de multiples équipements de confort dont la liste sans fin rend la note salée. Qu'importe, le principal critère d'achat de ce modèle n'étant pas le prix mais le design... superbe. Christophe