En golf, la valeur attend aussi le nombre des années. En remportant le PGA Championship, Phil Mickelson est devenu, à 50 ans et 11 mois, le joueur le plus âgé de l'histoire à soulever un trophée du Grand Chelem. L'ancien record était détenu par l'Américain Julius Boros, lauréat de ce même tournoi en 1968 à l'âge de 48 ans.
...

En golf, la valeur attend aussi le nombre des années. En remportant le PGA Championship, Phil Mickelson est devenu, à 50 ans et 11 mois, le joueur le plus âgé de l'histoire à soulever un trophée du Grand Chelem. L'ancien record était détenu par l'Américain Julius Boros, lauréat de ce même tournoi en 1968 à l'âge de 48 ans. Cet exploit est réellement exceptionnel quand on mesure le niveau actuel du golf mondial et la montée en puissance de la nouvelle génération. Et il est d'autant plus improbable que depuis quelques mois, Mickelson semblait plutôt engagé sur la voie du déclin. Pour la première fois depuis 28 ans, il avait quitté le top 100 du ranking mondial et il évoluait de plus en plus sur le Champions Tour, le circuit US réservé aux seniors.Parachuté dans ce PGA Championship grâce à son statut d'ancien vainqueur du tournoi, le quinquagénaire californien a rappelé qu'il n'a rien perdu de son talent, certains diront même de son génie. Au sommet de son art, il a pris la tête dès le premier tour puis résisté à toutes les charges pour s'adjuger le sixième Major de sa carrière. Le parcours Ocean Course de Kiawah Island (Caroline du Sud), long de 7.200 mètres, est pourtant un véritable monstre. Balisé par d'immenses bunkers et du rough profond, balayé par le vent, il ne pardonne pas la moindre erreur. Mais Mickelson était à la fois en mission et en état de grâce, un peu comme Tiger Woods lorsque ce dernier a remporté le Masters d'Augusta en 2019. Il a ensuite tenu, porté par un public hystérique qui n'avait d'yeux que pour lui. Aux Etats-Unis, le gaucher de San Diego fait partie des sportifs les plus adulés. A l'image du "Tigre", c'est une véritable icône. C'est dire si sa victoire (sa 45e sur le PGA Tour) a défrayé toutes les chroniques. Ces derniers temps, les spécialistes avaient beaucoup parlé de la domination de la nouvelle vague des grands frappeurs emmenée par Justin Thomas, Collin Morikawa et surtout Bryson DeChambeau. Le sacre de "Lefty" rappelle que les vieux renards sont parfois plus redoutables que les jeunes loups! Mickelson n'avait plus remporté de Major depuis le British Open de 2013 à Muirfield. Il fait désormais partie des rares golfeurs à avoir gagné un tournoi sur quatre décennies différentes (1990, 2000, 2010 et 2020). Il ne lui manque plus qu'un titre à l'US Open (où il a terminé cinq fois à la deuxième place) pour compléter son C.V. Théoriquement, il n'était pas qualifié pour participer à l'édition de cette année, programmée du 17 au 20 juin sur le parcours de Torrey Pines, à San Diego. Mais toute l'Amérique espère bien sûr qu'il puisse ajouter un nouveau chapitre au conte de fées...