C'est la nouvelle tendance dans l'immobilier en Flandre : non contents d'exiger une attestation de revenus couvrant les trois derniers mois, de plus en plus d'agents réclament une avance de 200 à 500 euros avant de mettre en relation un candidat locataire et un loueur potentiel. " Si vous ne pouvez ou ne voulez pas verser cette somme, vos chances de louer le bien convoité seront quasi nulles. L'intermédiaire ne transmettra même pas votre nom au propriétaire ", s'insurge Joy Verstichele, porte-parole de l'Association flamande des locataires (Vlaamse Huurdersplatfom) pour qui cette pratique rehausse le seuil d'accès au logement. En cas de location, l'avance versée sera déduite du premier loyer. Si aucun logement n'est trouvé, l'intermédiaire doit en principe rembourser. Mais quand ?

GUILLAUME CAPRON