Alors que l'impressionnante Kiki Smith continue son expo perso au Centre de la Gravure de La Louvière jusqu'au 23 février, l'Américaine est également présente à La Patinoire Royale/Galerie Valérie Bach en compagnie de 15 autres plasticiennes. S'inspirant notamment des recherches d...

Alors que l'impressionnante Kiki Smith continue son expo perso au Centre de la Gravure de La Louvière jusqu'au 23 février, l'Américaine est également présente à La Patinoire Royale/Galerie Valérie Bach en compagnie de 15 autres plasticiennes. S'inspirant notamment des recherches de la journaliste Gloria Steinem (1934) sur la cause des femmes, la proposition du large lieu bruxellois consiste à documenter le féminisme contemporain dans ses multiples créations. Soit, créer une mémoire collective commune, répercutée par des esthétiques forcément différentes. On est sans doute moins impressionné par le travail sur de curieux personnages signé Nancy Spero ou les géométries de Leslie Hewitt, que charmé par la naïveté des couleurs fraternelles de Macon Reed. Foisonnement colorimétrique aussi chez Sara Cwynar et Chloe Wise. Cette dernière, Canadienne née en 1990, s'avère notre coup de coeur dans la galerie de La Patinoire qui accueille, dans un autre espace, la Franco-Britannique Alice Anderson et son obsession pour le rouge et les déclinaisons carmins. A noter qu'à la Brafa jusqu'au 2 février, la galerie de Valérie Bach présente Moving Atmospheres, Booth 47A, dédiée à l'art cinétique incarné par Pol Bury et une douzaine d'autres artistes belges et étrangers. Y incluant aussi le travail de la même Alice Anderson.