Si la population japonaise continue de vieillir, la catégorie des jeunes adultes rajeunira en 2022. En effet, l'âge légal de la majorité passera de 20 à 18 ans dès le mois d'avril, conformément à un amendement au Code civil adopté en 2018. Ce qui aura pour effet de créer du jour au lendemain près de 2 millions de "nouveaux" adultes... Il s'agit du premier changement de ce type depuis que l'âge de la majorité a été fixé en 1876. Il s'inscrit dans la foulée du passage de 20 à 18 ans de l'âge légal pour voter, en 2016.
...

Si la population japonaise continue de vieillir, la catégorie des jeunes adultes rajeunira en 2022. En effet, l'âge légal de la majorité passera de 20 à 18 ans dès le mois d'avril, conformément à un amendement au Code civil adopté en 2018. Ce qui aura pour effet de créer du jour au lendemain près de 2 millions de "nouveaux" adultes... Il s'agit du premier changement de ce type depuis que l'âge de la majorité a été fixé en 1876. Il s'inscrit dans la foulée du passage de 20 à 18 ans de l'âge légal pour voter, en 2016. Ces nouveaux adultes pourront ainsi exercer des activités pour lesquelles il leur fallait auparavant l'autorisation de leurs parents, comme demander une carte de crédit, emprunter à la banque, louer un appartement ou signer des contrats de téléphonie mobile. Plus important encore, les jeunes de 18 ans pourront se marier sans l'aval de papa et maman (actuellement, les femmes peuvent se marier dès l'âge de 16 ans et les hommes dès 18 ans, mais uniquement avec l'accord parental). Au grand dam de nombreux adolescents toutefois, ils ne pourront toujours pas fumer ni boire en toute légalité. En effet, le seuil pour consommer du tabac ou de l'alcool restera fixé à 20 ans. Le gouvernement japonais espère que ce changement encouragera les jeunes à se montrer plus actifs dans la société... et peut-être aussi dans la chambre à coucher avec leur nouveau conjoint... légal puisque seuls 2% des enfants japonais naissent hors mariage. Dans un premier temps, cette génération de nouveaux adultes n'apportera cependant pas de différence notable dans les données démographiques du pays. La population japonaise est effectivement déjà la plus vieille au monde: plus de 29% des habitants sont âgés de 65 ans ou plus (ce chiffre s'élève à 23% en Italie, la deuxième nation la plus âgée, à 19% au Royaume-Uni et à 17% aux Etats-Unis). Cela s'explique en grande partie par le vieillissement de la génération du baby-boom, soit quelque 8 millions de Japonais nés entre 1947 et 1949. Une génération déjà dans la septantaine, qui sera toujours surreprésentée l'année prochaine. De nombreux Japonais restent actifs en fin de vie. Près de la moitié des 65 à 69 ans et un tiers des 70 à 74 ans travaillent toujours. La Société gérontologique du Japon a même demandé une reclassification, proposant d'appeler les personnes âgées de 65 à 74 ans des "pré-âgés". Mais au-delà de 75 ans, la donne change complètement. A peine 10% de ces "personnes très âgées" ont un emploi. Les frais liés aux soins médicaux et à long terme augmentent rapidement, une perspective particulièrement inquiétante pour un pays qui consacre déjà 11% de son PIB aux soins de santé. Le gouvernement japonais a adopté des réformes progressives pour réduire ces coûts. Ainsi, dès le mois d'octobre 2022, les personnes de 75 ans et plus avec un revenu annuel d'au moins 2 millions de yens (15.900 euros) devront payer 20% de leurs frais médicaux de leur propre poche, soit le double de ce qu'ils payent actuellement. D'autres changements en profondeur visant à recalibrer le système de sécurité sociale pour cette nouvelle société "super-âgée" devraient suivre. Le gouvernement tente également de stimuler le taux de natalité du pays. Par exemple, dès le mois d'avril 2022, la mutuelle couvrira le traitement de l'infertilité. Pourtant, la pandémie n'a pas incité les Japonais à faire des bébés. En 2020, le pays n'a enregistré que 841.000 naissances, soit le chiffre le plus bas depuis le début de l'enregistrement des données. Et sa population a diminué de 532.000 personnes, soit le déclin le plus grand jamais enregistré. Le nombre de mariages a chuté de 12%. Les démographes estiment que les chiffres de 2021, qui seront publiés en 2022, n'annonceront que 770.000 naissances, un niveau auquel le Japon ne s'attendait pas avant 15 ans. Pour de nombreux jeunes Japonais, la pandémie n'a fait que renforcer leurs incertitudes, les dissuadant d'avoir d'autres enfants. L'âge adulte, comme la nouvelle génération s'en rendra vite compte, n'est pas un long fleuve tranquille.