Passionnés d'Italie où ils possèdent chacun une exploitation agricole près du lac de Bolsena, dans le Latium, Sébastien Samoye et Eric Lecuyer se définissent comme des "Belgi sbagliati". Ces Belges qui auraient rêvé d'être Italiens se sont associés pour ouvrir "Frasca" le 7 octobre dernier à Ixelles.
...

Passionnés d'Italie où ils possèdent chacun une exploitation agricole près du lac de Bolsena, dans le Latium, Sébastien Samoye et Eric Lecuyer se définissent comme des "Belgi sbagliati". Ces Belges qui auraient rêvé d'être Italiens se sont associés pour ouvrir "Frasca" le 7 octobre dernier à Ixelles.Soit un comptoir inspiré de la tradition des fraschette dans la région des Castelli romani, au sud de Rome, des petits comptoirs où l'on mange un bout en dégustant le vin local. Producteur et distributeur de vins avec un goût prononcé pour le nature (avec sa société Vino Vivo), Sébastien est de bon conseil pour trouver la bouteille ou les verres qui accompagneront les plats mijotés en cuisine par Eric, ancien propriétaire de la Trattoria Maccheroni et de L'Altro Maccheroni à Liège. On débute avec une petite salade de betterave au basilic en guise d'amuse-bouche, suivie de quelques tranches de l'excellente mortadelle de Massimo Zivieri, près de Bologne, et d'une belle assiette d'antipastis (16 euros): aubergine, poivrons vinaigrés et stracciatella de burrata. Sans oublier une chouette salade de lentilles vertes au lard de cochon noir (de la boucherie de Geert Vermeire à Ganshoren) confit aux herbes (15 euros). Ça commence plutôt bien! On sent en effet la grande qualité des produits mis en oeuvre. Cela se confirmera avec la belle assiette de fromages artisanaux (14 euros): une tomme et deux pecorino stagionati agrémentés d'un magnifique miel maison et d'une petite poire sauvage au sirop. Autant de délices de la Botte que l'on retrouve au très beau rayon épicerie de Frasca, qui propose les produits des deux compères (conserves, vin, huile d'olive, miel, etc.), mais aussi des vins (200 références), des charcuteries, des fromages, des farines, les pâtes fraîches réalisées tous les jours sur place, ainsi que les formidables pâtes sèches de chez Pasta Mancini, dans les Marches. On se désole d'ailleurs que les primi ne soient pas préparés avec ces dernières... Le chef préfère utiliser ses propres pâtes fraîches - elles cuisent plus vite -, mais qui n'ont pas une texture et une forme parfaites. On leur préfère les petites boulettes à la sauce tomate, bonnes comme là-bas. Bref, hormis les plats de pâtes qui sont clairement à repenser, un nouveau repaire italien plutôt bien fichu que l'on visitera pour ses produits de grande qualité.